All My People de Jeen Bassa, le mariage réussi entre jazz, hip-hop et house

Le 02 août 2016 par
All My People de Jeen Bassa, le mariage réussi entre jazz, hip-hop et house
©

Jeen Bassa dévoile en téléchargement via Bandcamp son premier album solo “All My People”, sorti uniquement en vinyle il y a plus d’un an sur le label anglais 22a music

Dernier né de la talentueuse fratrie Deenmamode avec Mo Kolours & Reginald Omas Mamode IV, tous signés sur le label indépendant 22a music aux côtés d’Henry Wu ou encore Tenderlonious, Jeen Bassa produit ce qu’il définit lui même comme du “future rare-groove”. 

Quelque chose de frais et de particulièrement riche musicalement se dégage de son premier EP “All My People”, désormais disponible en digital via Bandcamp. C'est un peu comme s’il nous emmenait en voyage à travers ses influences multiples mais sans jamais nous forcer la main, toujours en douceur :

On retrouve dans ses productions la chaleur et le groove des samples de J-Dilla, le producteur hip-hop américain décédé il y a dix ans, qui influence encore aujourd’hui bon nombre de “beat-makers”. Jeen Bassa nous fait également passer par le Brésil avec l’énergique “Latin Fingers” et ses percussions entêtantes.
Le titre “Cocoa Lotion” détient, lui, aussi bien sa place sur le dancefloor que dans la chaîne de votre salon lors d’un dimanche après-midi. Les claquements de mains sonnent authentiques, apportant un aspect organique et chaleureux à l’évolution rythmique de “Cocoa Lotion”, le morceau probablement le plus taillé pour le club et les Djs de l’EP.
Vous pouvez également écouter l'EP en entier sur Youtube par ici.   

22a

Concentré uniquement sur des sorties vinyles au début de l'aventure 22a music, son fondateur Tenderlonious a ensuite décidé de les rendre également disponibles au format digital pour permettre à une plus grande audience d'y avoir accès. C’est donc dans cette optique que le premier EP de Jeen Bassa ainsi que d’autres productions du label sortent finalement sur internet, plus d’un an après leur arrivée chez les disquaires.

Sortant des carcans de la musique électronique actuelle, le label 22a est basé à Peckham dans le sud de Londres, le nom venant d’ailleurs du numéro de la maison habitée par plusieurs de ses artistes à “Rye Lane”. Ce quartier populaire, encore relativement peu touché par la gentrification londonienne à l'instar de Shoreditch dans l'Est de la capitale, rassemble par ailleurs de nombreux autres acteurs de cette scène “jazz-house”. On citera par exemple le jeune mais hyperactif label Rhythm Section, fondé par le Dj et ancien animateur des sessions Boiler Room Bradley Zero; ou encore la webradio NTS fondé il y a cinq ans par Femi Adeyemi qui invite régulièrement des grands noms comme Gilles Peterson, Four Tet, ou encore Floating Points.

Ci dessous une vidéo d'un live du Yussef Kamaal trio d'Henry Wu lors de la Boiler Room spéciale autour du label 22a en Janvier dernier :

 
22a music propose donc quelque chose de résolument neuf, en incorporant dans ses différentes productions des éléments de jazz, de musique afro, latino, trip-hop, des samples de dialogues tirés de films… C’est l’esprit et l'esthétique musicale qui est véritablement mise avant sur toutes leurs sorties, empruntant des éléments de la blackness, de la spiritualité de Gil Scott Heron, voire même des expérimentations sonores de Sun Ra.

Une chose est sur, les membres de la famille 22a sont des musiciens avant d'être des producteurs ou des Djs. Le fait de voir ce genre de projet persévérer contribue à apporter, à sa modeste échelle certes, un souffle nouveau à la musique électronique, s’enfermant parfois dans “l’efficacité” des clubs et autres festivals.

Commentaires