Avec Babel Med, Marseille fait son tour du monde

Le 27 mars 2015 par
Avec Babel Med, Marseille fait son tour du monde
Le Sénagalais Omar Pene sur la scène de Babel Med | GC / RF

Le grand barouf des musiques sans frontière s'est ouvert jeudi dans la cité phocéenne. FIP vous sert de guide durant trois jours et part à la rencontre d'une sélection d'artistes des cinq continents.

42 nationalités représentées, 30 concerts sur trois scènes... et d'innombrables stands où s'échangent les disques et se nouent les contrats. Professionnels et spectateurs avertis ne s'y trompent pas : depuis onze ans qu'existe Babel Med, le printemps de la musique est d'abord marseillais.

Le Dock des Suds à Marseille | GC / RF

Le Dock des Suds à Marseille | GC / RF

Ce grand forum des musiques du monde installé dans les immenses hangars du Dock des Suds renvendique plus encore cette année son identité métissée. Le festival manifeste sa capacité à relier les continents à l'heure où les communautarismes s'exacerbent comme jamais, et invite une nouvelle fois sur ses scènes des figures musicales incarnant le mix des cultures.

A écouter > le coup de coeur d'Alexandre Desurmont, programmateur musical de FIP. Aujourd'hui, l'électro-kuduro du Lisboète BATIDA :

 
Pour ce premier jour, FIP a rencontré Mario Lucio, multi-instrumentiste et figure musicale du Cap-Vert... dont il est aujourd'hui rien de moins que le ministre de la Culture ! Un sage qui a interprété pour FIP un titre enregistré avec Manu Dibango , et qu'il a décidé de jouer en version heavy-metal sur la scène de Babel Med avec sa superbe Stratocaster :

Le soir, la star sénégalaise Omar Pène a fait chauffer la salle des Sucres avec son mbalakh chaleureux porté par une section rythmique impeccable et fidèle au grand maitre. Au Cabaret, on "fait la fête en pleurant" avec le Tcha Limbergers Kalotaszeg, formation tzigane en trio qui à force de violons et de doublebass plonge son public dans des balades aussi mélancoliques que fringuantes, au carrefour des musiques et des traditions populaires d'Europe centrale.

 
Au chapiteau enfin, c'est le leader des Songhoy Blues Aliou Touré qui mène la danse sur scène avec une énergie rock qui glisse parfois même en transe euphorique. Le quatuor malien a gagné en assurance sur scène depuis sa révélation lors des dernières Transmusicales de Rennes, et un premier album "Music In Exile" que FIP vous propose en sélection jusqu'à la fin du mois.

Aliou Touré, chanteur des Songhoy Blues sur la scène du Chapiteau | GC / RF

Aliou Touré, chanteur des Songhoy Blues sur la scène du Chapiteau | GC / RF

 

Commentaires