Breathless le groove engagé de Terence Blanchard

Le 18 mai 2015 par
Breathless le groove engagé de Terence Blanchard

Le trompettiste jazz revient avec un nouveau quintet sur Blue Note le 22 juin, un album en hommage à Eric Garner victime des discriminations policières.

Depuis 1991 et la sortie de son premier album solo "Terence Blanchard", le célèbre trompettiste et compositeur originaire de la Nouvelle-Orléans a multiplié les explorations musicales, signé la musique de plus de cinquante bandes originales de films (dont plusieurs pour Spike Lee) et donné naissance en 2013 à un opéra jazz intitulé "Champion". Pour son nouvel album chez Blue Note, Terence Blanchard se lance avec son nouveau quintet, the E-Collective, sur le terrain de la fusion groove, funk, R&B et blues digne des grandes années des Head Hunters de Herbie Hancock ou de Weather Report.

En 2007 Terence Blanchard sortait "A Tale of God’s Will (A Requiem for Katrina)", le titre de l'album "Breathless" fait cette fois référence à « Je ne peux pas respirer » les derniers mots d' Eric Garner victime des discriminations et brutalités policières. Des mots plus que jamais d'actualité avec les derniers incidents de Baltimore dénoncés par Prince.

Parmi les treize morceaux de l'album, figurent plusieurs compositions originales de Terence Blanchard, un morceau de Fabian Almazan et une poignée de reprises portées par la voix magnifique de PJ Morton, membre des Maroon 5. Terence Blanchard propose notamment une version exaltante de "Compared to What", standard rendu célèbre à la fin des années 60 par Les McCann et Eddie Harris, ainsi qu’une interprétation pleine de lyrisme de la chanson d’Hank Williams, "I Ain’t Got Nothin’ But Time". PJ Morton chante également sur "Shutting Down", morceau aux sonorités pop composé par T. Oliver Blanchard Jr.

Le E-Collective est composé par le bassiste Donald Ramsey, le batteur Oscar Seaton, le guitariste Charles Altura et le claviériste Fabian Alamazan. Avec Terence Blanchard, les cinq virtuoses passent ici du funk de "Compared to What" ou de "Soldiers", du méditatif "Samadhi" à l’étourdissant "See Me As I Am" ou les méandres d’"Everglades", morceau écrit par Fabian Almazan où, quinze minutes durant, des plages de calme hypnotique alternent avec de véritables déferlements d’énergie. L’album se referme sur une magnifique version instrumentale, teintée de mélancolie, du "Midnight" de Coldplay. 

"Breathless" est l’album que je souhaitais enregistrer depuis un bon moment. J’ai grandi en écoutant « Head Hunters » de Herbie Hancock et les disques de Weather Report. Ces albums ont exercé une grande influence sur moi. J’ai toujours écouté de la musique où le groove occupe une place centrale : Jimi Hendrix, Parliament, Funkadelic, Prince, D’Angelo ou, plus récemment, les albums de Russel Gunn. Mais jusqu’à "Breathless", je n’avais pas exploré moi-même cette voie. Les gens réagiront comme ils le voudront. Pour cet album, il n’y avait qu’une priorité et une seule : le groove. Le reste, c’est du détail. Terence Blanchard

 

Terence Blanchard

© Blue Note

Commentaires