Décès de James Horner

Le 23 juin 2015 par
Décès de James Horner
© DR

James Horner, compositeur d'une bonne centaine de bandes-originales de films en 35 années de carrière est décédé ce lundi 22 juin en Californie.

James Horner a toujours été proche du milieu du cinéma. Né à Los Angeles en Californie de parents d’origine autrichienne, son père travaillait dans les studios de cinéma comme décorateur. Son truc à lui c’est plutôt la musique et le piano. Il compose pour l’American Film Institute dès le milieu des années 70 alors qu’il enseigne la théorie musicale à l’Université de Californie. Au début des années 80 il abandonne l’enseignement pour se consacrer à la composition pour les grands studios hollywoodiens.

Très rapidement il se spécialise dans les musiques de films de science-fiction, fantastiques et d’épouvantes. Les mercenaires de la mort, La main du cauchemar, Star trek 2, Cocoon…  La touche de nouveauté qui le différencie de ses contemporains réside dans l’apport de sonorités électroniques dans des productions pour grands orchestres. Une hérésie pour la plupart de ses confrères qui se généralisera par la suite pour devenir banale et commune quelques années plus tard.

En 1986, il signe l’ambiance musicale froide et lugubre du film Aliens de James Cameron. Leur collaboration fonction parfaitement et sera renouvelée. On retrouvera la signature d’Horner aux génériques de Titanic en 1997, Oscar de la meilleure musique de film. Il composera également la chanson du film, "My heart will go on" chantée par Céline Dion pour laquelle il obtient l’Oscar de la meilleure chanson originale et qui rencontrera un succès commercial colossal. Il sera également en 2009 au générique d’Avatar.

Ron Howard est l'autre réalisateur important dans la carrière de James Horner. De Cocoon en 1985 à The Missing en 2003, ils travailleront 7 fois ensemble pour des films à grands spectacles (Apollo 13) ou des films fantastiques pour enfants (Le Grinch, Willow). En plus de 30 ans de carrière il aura touché à tous les styles cinématographiques. Son œuvre ne fait pas l’unanimité auprès des amateurs de musique de film. Ses emprunts à la musique classique dérangent, son habitude de réutiliser les mêmes thèmes dans différents œuvres scandalisent ses détracteurs. Les mêmes arguments justement convainquent ses aficionados de la cohérence de son travail, de sa perpétuelle recherche autour des mêmes thèmes, comme pour faire le tour d’un sujet qu’il aurait laissé en suspens.
 
Point d’orgue du conflit entre les "pour" et les "contre", le fameux Danger Motif, cette fameuse séquence de quatre notes omniprésente dans l’œuvre de James Horner pour symboliser la tension, la peur, le danger.
Démonstration dans cette vidéo :

Malgré ces polémiques, James Horner reste indéniablement un des grands compositeurs hollywoodien de ces 30 dernières années. On lui doit quelques thèmes forts illustrant des films très variés allant du mignon dessin-animé Fievel et le nouveau monde de Don Bluth au métaphysique et contemplatif Le Nouveau Monde de Terence Malick en passant par le court métrage Captain EO avec Michael Jackson, Le nom de la rose de Annaud, Deep Impact de Mimi Leder, Apocalypto et Braveheart de Mel Gibson.

James Horner, pilote chevronné, s’est tué en pilotant un de ses avions non loin de Los Angeles où il résidait. Il avait 61 ans. Le dernier film pour lequel il a composé, La Rage au ventre, réalisé par Antoine Fuqua, sortira le 22 juillet 2015 en France.
 

Commentaires