Disparition de Pete Seeger

Le 01 février 2014 par

Fip rend hommage au chanteur folk contestataire Pete Seeger, né le 3 mai 1919 à New York et mort le 27 janvier 2014 à New York.

Mort à 94 ans du chanteur folk américain Pete Seeger.

Pete seeger

Pete seeger © wikimedia

 

Né en 1919, dans une famille de musicologues descendante des Puritains du Mayflower, Pete Seeger, grand efflanqué qui s'accompagne au banjo ou à la guitare, coiffé de sa sempiternelle casquette de marin, est devenu un monument de la musique populaire américaine dont il est un des principaux auteurs depuis maintenant 70 ans. 

>> Plongez dans le folk contestataire avec notre portrait consacré à Barbara Dane.

Tout au long de sa carrière, l'homme fut l'infatigable champion des causes progressistes et de la justice sociale : syndicalisme, anti-racisme, environnement, guerre du Vietnam, aujourd'hui guerre en Irak, conformisme de l'éducation américaine, créant la figure du « protest singer »... En 1972, lors de son passage à l'Olympia de Paris, il diffusait un manifeste adressé à la jeunesse du monde entier intitulé "Ne vous laissez pas coca-coloniser".

Son adaptation d'un vieil hymne religieux, "We Shall Overcome" et "This Land is Your Land", composition de son ancien compagnon Woody Guthrie, sont devenus les deux hymnes alternatifs américains.(ici repris par Sharon Jones):

 

Il se spécialisa également dans l'adaptation d'airs de divers pays:

 

("Wimoweh" d'Afrique du Sud, "Guantanamera" de Cuba, chants républicains de la guerre d'Espagne) et contribua à les populariser mondialement. 

Il a vingt ans quand il décide d'abandonner ses études de droit pour se consacrer à sa véritable passion, la musique populaire et traditionnelle américaine, et son souci de maintenir la tradition de la ballade dans un contexte social. En 1940, par l'intermédiaire d'Alan Lomax, avec qui il travaille à la Bibliothèque du Congrès, il rencontre le poète et chanteur Woody Guthrie, icône de la chanson protestataire. Ensemble, ils fondent les Almanac Singers, groupe de chansons militantes pour la confédération syndicale CIO, des chansons pacifistes dans un premier temps, puis des chansons militantes lors de l'entrée en guerre des Etats-Unis.

 

Membre du parti communiste américain de 1942 à 1950, il sera convoqué en 1955 devant la commission des activités anti-américaines ; il refuse de témoigner, déclarant que sa liberté d'expression et d'opinion est garantie par le premier amendement de la constitution américaine. Cette défense lui vaut dix condamnations cumulatives à un an de prison chacune pour outrage au Congrès. La peine est annulée en appel et ne sera jamais exécutée mais lui vaudra boycott et interdiction professionnelle. Nullement brisé, Pete Seeger fut très actif dans le mouvement pour les droits civiques avec son ami Martin Luther King Jr.

En 1950, il fonde le groupe The Weavers, qui jouera un rôle déterminant dans l'éclosion du courant du folksong protestataire. Pete Seeger quitte ensuite le groupe et effectue de nombreuses tournées dans tout le pays, seul avec son banjo, et enregistre des centaines de titres, le plus imposant ensemble de chansons traditionnelles et de chansons protestataires jamais enregistré aux Etats-Unis (enregistrées sous le label Smithonian Folkways).

 

Lors de l'éclosion de la génération folk dans les années soixante, il fait figure de grand aîné et de référence pour tous les jeunes artistes qui émergent comme Joan Baez ou Bob Dylan.

Intronisé au "Rock ‘n' Roll Hall of Fame" en 1996, ses chansons ont été notamment reprises par Marlène Dietrich ("Que sont devenues les fleurs"), les Byrds ("Turn, Turn, Turn"), Trini Lopez et Claude Francois ("Si j'avais un marteau") et quantité d'autres dont Richie Havens, Joan Baez, Judy Collins ou Bob Dylan. Récemment, deux icônes de la scène contemporaine, Bruce Springsteen et Ry Cooder, lui ont rendu hommage, le premier en 2006 avec un album consacré à ses chansons « We Shall Overcome, the Seeger Sessions »):

 

le second en 2005 avec le cd « My Name is Buddy » comprenant un morceau enregistré chez et avec Pete.

Retiré non loin de Woodstock, sur les bords de la rivière Hudson, dans l'État de New York, Pete Seeger s'était consacré essentiellement à la cause environnementaliste mais affirmait il y a peu au magazine Mother Jones "se considérer toujours communiste dans la mesure où (il) pense que la planète ne pourra survivre avec des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres".

 

Liens

Par: Equipe Fip

Commentaires