Disparition du maître-tambour Doudou N’diaye Rose

Le 20 août 2015 par
Disparition du maître-tambour Doudou N’diaye Rose
Doudou N'diaye Rose s'est éteint à Dakar mercredi 19 août | DR

Qualifié de "trésor humain vivant" par l'UNESCO, le plus grand percussionniste sénégalais de son temps est décédé mercredi à Dakar à l'âge de 85 ans.

Au seuil de sa vie et alors qu’il n’a jamais cessé de jouer, Doudou N’diaye Rose avait confié à des journalistes se sentir en paix, après avoir pu transmettre son immense savoir du rythme à sa dynastie de 38 enfants. Ce sont ces derniers qui ont annoncé mercredi 19 août la mort à Dakar de ce virtuose sénégalais des suites d’un malaise cardiaque, au lendemain de l’inhumation de l’un de ses plus anciens amis musiciens, à laquelle il avait lui-même assisté.

Mathématicien du rythme, celui qu'on appelait aussi le "Jimi Hendrix du tambour" a offert en 60 ans de carrière une notoriété inégalée au sabar, ce tambour sur pied traditionnel constitué d’une peau de chèvre, mais aussi à plusieurs de ses dérivés tels l’assicot ou encore le khine. Fondateur et patriarche de l’orchestre « Drummers of West Africa », composé exclusivement de membres de sa famille, Doudou N’diaye Rose s’était fait remarquer dès 1959 par l’icône Joséphine Baker avant l’indépendance de son pays.

Plus tard, il jouera avec les plus grands parmi lesquels Miles Davis, les Rolling Stones, et le Britannique Peter Gabriel qui publiera en 1994 sur son label Real World « Djabote », l’un des albums les plus célèbres du maître-tambour :

Doudou N’diaye Rose travaillera également avec le réalisateur américain Martin Scorsese sur la bande-originale de La Dernière Tentation du Christ en 1988, avant d'être invité en France pour participer à la célébration du bi-centenaire de la Révolution française un an plus tard. Les hommages se sont multipliés dans son pays à l'annonce de son décès, mais aussi en France où plusieurs personnalités du milieu culturel et politique ont réagi avec émotion :

 

Par: Ghislain Chantepie

Commentaires