Entrez dans le panthéon virtuel de Prince

Le 11 juillet 2016 par
Entrez dans le panthéon virtuel de Prince
Prince à la sortie de son album "20Ten" en 2010.

Une frise chronologique interactive retrace et documente les nombreux sites internet créés par le chanteur visionnaire.

Le Prince Online Museum est en ligne ! Ce nouveau site web rend hommage à l’usage précurseur et innovant d'Internet du chanteur disparu brutalement en avril dernier. Le projet mené par Sam Jennings, webmaster historique de Prince, propose ainsi une frise chronologique fouillée retracant la présence en ligne de l'artiste depuis une vingtaine d'années. Cet éclairage de douze sites web de la star se veut également pour ses créateurs une source d’inspiration pour d’autres artistes à la recherche d'influences numériques.

Un apercu des multiples facettes numériques de Prince

Un apercu des multiples facettes numériques de Prince

C’est en 1994 que le chanteur sort le projet Prince Interactive, un CD-ROM totalement conceptuel et novateur pour l’époque contenant un jeu vidéo, des clips, une visite virtuelle de ses studios de Paisley Park ou encore des interviews d’artistes comme Miles Davis ou Bob Dylan. Cet ovni précurseur du « multimédia interactif » permettait de réaliser des projets numériques ambitieux et incompatibles avec les connexions bas-débit généralisées à cette époque.

Un aperçu de la frise et du premier site web publié par Prince, The Dawn

Un aperçu de la frise et du premier site web publié par Prince, The Dawn Circa

La frise interactive du Prince Online Museum permet ainsi de remonter au premier site web du musicien publié avec The Dawn Circa en 1996, à l'une des premières distributions exclusivement en ligne d’un CD avec Crystal Ball en 1997 ou encore à la plateforme révolutionnaire du NPG Music Club et ses 4 versions différentes mises en ligne entre 2001 et 2006. La dernière version du site remporta même un "Webby Awards" en 2006 dans la catégorie "Meilleur site internet de célébrité".

Capture d'écran du NPG Music club, véritable lieu virtuel

Capture d'écran de l'entrée du site, véritable lieu virtuel

La troisième version du NPG music club s’apparente pour sa part au jeu vidéo Myst, avec une navigation à la souris en cliquant sur l’endroit où l’on souhaite se rendre (« Point and Click »). Les fans sont donc invités à visiter virtuellement un palace, à jouer avec des instruments dans un studio, à trouver des objets cachés, à pénétrer des « espaces VIP » pour des séances d'écoute privées, ou encore gagner des invitations pour les mythiques aftershows grâce à un mot de passe réservé aux membres.  

« Encore plus que la musique, il y a un autre aspect de Prince dans ces archives, c’est son indépendance absolue et sa volonté d’être connecté directement à son audience sans aucun intermédiaire» Sam Jennings, créateur du projet
 

 
Si Prince a pu déclarer en 2010 qu’Internet était « complètement dépassé », sa relation aux innovations numériques était bien plus complexe qu’un rejet snob et prétentieux. Le rockeur a ainsi toujours souhaité garder un contrôle total sur son travail, souvent proche de l’obsession mégalomaniaque, et quitte à se brouiller avec ses maisons de disques (Warner notamment).  

L'icône décédée à 57 ans a ainsi toujours été un défenseur convaincu des droits artistiques, et voyait dans le web un moyen pour les musiciens d’être liés à leur public sans dépendre des carcans contractuels imposés par l’industrie du disque :

"En résumé, le streaming a permis aux labels de faire 2 fois plus de profit tout en réduisant la part due aux artistes..."

Après ces nombreuses expérimentations, Prince a petit à petit minimisé sa présence en ligne. A tel point que le jour de sa mort le 21 avril dernier, il n’avait pas de site web officiel mais se contentait d’alimenter ses comptes Twitter et Instagram, toujours en majuscules à la hauteur de l’ego du personnage.

Son œuvre est aujourd’hui principalement disponible sur Tidal, la plateforme de streaming musical en haute-définition fondée par le rappeur Jay Z. Tidal vient d'ailleurs de publier récemment 15 albums de Prince à l'occasion de son 58ème anniversaire, dont le fameux Black Album que l'artiste n'avait jamais dévoilé officiellement car il le trouvait "trop sombre".

«Quoi qu'il en soit, tous ces ordinateurs et ces gadgets digitaux ne valent rienCela vous remplit la tête avec des chiffres et, ça, ça ne peux pas être bon pour vous.» Prince dans une interview au Daily Mail en 2010.
 

 

Commentaires