Exclu FIP : l'abum "Carry Fire" de Robert Plant

Le 05 octobre 2017 par
Exclu FIP : l'abum "Carry Fire" de Robert Plant
Robert Plant © Mads Perch / Warner Music

L'ancien chanteur de Led Zeppelin nous embarque dans une transe folk-rock irrésistible sur son 11ème album solo, à découvrir ici en écoute intégrale.

Parmi les grandes gloires du rock, beaucoup ronronnent leur art avec plus ou moins de succès. À  70 ans, l'icône rock et voix mythique de Led Zepellin n'est pas de ceux-là et continue de sillonner des territoires musicaux nouveaux. Sur l'excellent Lullaby And...The Ceaseless Roar sorti il y a trois ans, Robert Plant mettait tous son talent d'écriture au service d'un road-trip folk-rock ensorcelant, puisant son inspiration dans les musiques folkloriques d'Europe ou dans les polyrythmies d'Afrique du nord le tout produit avec des effets électroniques habiles.

Pour son onzième album, Carry Fire, le chanteur a réuni de nouveau son groupe de musiciens du monde et poursuit ses explorations sonores en invitant quelques guests comme le violoncelliste albanais Redi Has, le chanteur et multi-instrumentiste britannique Seth Lakeman et la chanteuse Chrissie Hynde des Pretenders. Les onze titres de l'album, prévu le 13 octobre via Nonesuch/Warner, sont en écoute ci-dessous :

 

Tout part de l’intention. Je respecte et je chéris mes anciennes oeuvres, mais à chaque fois qu’il me prend de créer à nouveau, je me sens obligé de mélanger le vieux avec le neuf. De fait, tout l’élan du groupe est basé dessus, avec un nouveau son et un contexte différent, donnant lieu à de nouvelles émotions, mélodies et parties instrumentales. Robert Plant 

Robert Plant joue avec les tonalités de sa voix inimitable comme avec les atmosphères sur chacun des titres et n'hésite pas à revenir aux ballades romantiques et mélancoliques de ses débuts pré-Led Zeppelin, entre un bon vieux rock’n’roll (Bones of saints) et un tourbillon sans fontières de folk-rock hybride. Dès le premier titre The May Queen, on peut apprécier toute la richesse de cet univers où le oud et les percussions d'Afrique du nord font danser des claviers électroniques. Le titre Carry Fire nous plonge un peu plus dans une transe percussive orientale psychédélique.

Dans la musique mélodique et hypnotique de Plant, les guitares rock sont à l'unisson des bendirs, cordes, tambours amérindiens (sur Carving Up the World Again) et loops électros. Sur le très spatial Keep It Hid, le chanteur et ses musiciens nous invitent à un bal trip-hop aux accents rock, une atmosphère de Bristol amplifiée sur la reprise de Bluebirds Over the Mountain du rocker de Brooklyn Ersel Hickey, chanté en duo avec Chrissie Hynde.

Commentaires