Exclu FIP : les rêveries de Hadouk sur "Le cinquième fruit"

Le 22 février 2017 par
Exclu FIP : les rêveries de Hadouk sur "Le cinquième fruit"
Hadouk / Charlelie Marangé

Le Hadouk fête ses 20 ans en quartet avec un 9ème album prévu le 17 mars. FIP dévoile deux titres en avant-première.

Un jazz métisse et organique, le Hadouk célèbre la vie et les cultures du monde dans un langage musical onirique et captivant depuis deux décennies. Éléments fondateurs du son Hadouk le Hajouj de Loy Ehrlich et le doudouk de Didier Malherbe ont forgé l’identité sonore du groupe reconnaissable entre toutes. D’abord duo, puis trio avec Steve Shehan (percussions), le groupe est devenu quartette en 2013  après le départ de ce dernier et l’arrivée d’Eric Löhrer (guitare) et Jean-Luc Di Fraya (percussions et chant). Le Hadouk est toujours la promesse d'un voyage poétique entre l’Orient (des rythmes gnawa aux maqams arabes), l’Occident (du rock aux musiques noires américaines), le Nord (des musiques celtes aux airs sino-japonais), le Sud (du blues malien aux transes ancestrales). La formation nous embarque dans un nouveau conte extatique avec Le cinquième fruit prévu le 17 mars chez Naïve.

Tidzi est le nom d'un village berbère au Maroc où j'ai fait construire une demeure champêtre pour me ressourcer; c'est là qu'a été composé ce morceau d'où son nom! Un hommage aussi aux peuples berbères et à leur cultures. Loy Ehrlich 

Thèmes hypnotiques, rythmiques intenses et envolées lyriques, les dix titres de ce cinquième fruit sont autant d'excursions brillantes dans le folklore imaginaire sans limite de ces trois multi-instrumentistes libres. Eric Löhrer délaisse un temps sa guitare acoustique pour l'électrique, élargissant ainsi le spectre musical de l'aventure qui prend parfois des couleurs du jazz-rock progressif de Gong dont Didier Malherbe fut l'un des membres fondateurs. L'album a été enregistré dans les conditions du live, les musiciens ont pu laisser leurs improvisations prendre le pas sur des arrangements aussi riches que rayonnants. Le cinquième fruit est un rêve merveilleux, il y est question d’une rencontre : le premier fruit symbolise le regard; le second fruit incarne la parole; le troisième, le toucher; le quatrième représente le baiser ; le cinquième fruit reste à imaginer…    

Un titre espiègle et ludique, tout droit sorti d'un monde rêvé : la mélodie est construite sur une gamme pentatonique omniprésente dans la musique mandingue, éclairée tour à tour par des riffs majeurs et mineurs... sur une trame rythmique à cinq temps. On y entend les sons mêlés du ukulele, du cavaquinho brésilien, du ribab, violon berbère monocorde de Loy, mais aussi de l'imposante flûte traversière alto de Didier, et de l'incroyable voix et des percussions de Jean-Luc. Eric Löhrer 

Hadouk est en concert le 21 mars au New Morning à Paris. 

Par: Guillaume Schnee
Thèmes : Hadouk

Commentaires