Francis Bebey - "Psychedelic Sanza 1982-1984"

Le 13 novembre 2014 par
Francis Bebey - "Psychedelic Sanza 1982-1984"
© DR

Le label Born Bad vient de publier un nouvel album du regretté Francis Bebey. « Psychedelic Sanza (1982-1984) » est une collection de morceaux du plus avant-gardiste des musiciens africains.

Décédé en 2001, le camerounais Francis Bebey a commencé une carrière de journaliste en radio et de diplomate auprès de l’UNESCO avant de se consacrer à la musique. Il connaît le succès au début des années 70 dans toute l’Afrique de l’Ouest avec des chansons populaires humoristiques. Jusqu'à très récemment, on connaissait moins son mélange unique et insolite de musique traditionnelle et d’électronique.

 

 

Le label parisien Born Bad Records avait déjà publié en 2012 l’album Francis Bebey – African Electronic Music 1976–1982, plutôt axé sur les œuvres expérimentales du musicien. Un aspect moins connu de sa production, resté confidentiel, où il découvre les premiers claviers électroniques et les boîtes à rythmes. Précurseur sur le continent africain, il défriche seul dans son studio le potentiel inouï des sonorités synthétiques.

 

 

Explorateur de sons certes, Francis Bebey n’en est pas moins fasciné par la musique traditionnelle et les instruments africains. Dans les années 80, il enregistre plusieurs morceaux autour de la sanza, sorte de petit piano à doigts à la sonorité métallique. La sanza est l’instrument emblématique des griots et de la tradition orale africaine. Pour Psychedelic Sanza, Jean-Baptiste Guillot du label Born Bad a compilé une collection de chansons de Bebey jouant de sa sanza. Entre sonorités traditionnelles et créativité visionnaire, la musique rétro-futuriste de Francis Bebey se redécouvre avec jubilation.

Le festival Africolor rendra hommage à Francis Bebey le 29 novembre à l’Espace 93 de Clichy-sous-Bois avec une création originale, la boîte magique de Francis Bebey, autour de son fils Patrick Bebey et de nombreux invités.

Francis Bebey - Psychedelic Sanza

© Born Bad Records

 

Commentaires