Gyedu Blay Ambolley, le highlife sous toutes ses formes

Le 10 avril 2017 par
Gyedu Blay Ambolley, le highlife sous toutes ses formes
©

Le légendaire musicien ghanéen et pionnier du hiplife transcende tous les genres musicaux sur son 30ème album "Ketan" attendu le 12 mai sur Agogo records.

A l'instar de Sammy Lartey, Pat Thomas et bien sûr Ebo Taylor, Gyedu Blay Ambolley a largement contribué à l'évolution et la diffusion du highlife ghanéen. L'artiste dont la devise est  “My Music is for One World, One People, One Destiny”, trempe depuis 50 ans son highlife dans le groove, le jazz, le reggae, le calypso, la soca ou la pop. Ce saxophoniste, chanteur, auteur et compositeur d’une rare polyvalence a explosé sur la scène musicale en 1973 avec l'album Simigwado, premier album incorporant un phrasé rap en langue fanti (le hiplife). Avant la sortie de l'album Ketan, le 12 mai, Gyedu-Blay Ambolley et son Sekondi Band viennent de dévoiler le titre détonant Afrika Yie qui fleure bon l'afro-beat des années 70, boosté ici par des riffs de guitare, ainsi qu'une version jubilatoire de son titre emblématique Simigwa-Do :

Né en 1947 dans la ville portuaire de Sekondi-Takoradi, à l’ouest du Ghana, Blay Ambolley a fait ses premières armes via la flûte de son père, dès l’âge de huit ans. Il poursuit son apprentissage en écoutant le saxophoniste Sammy Lartey et Ebo Taylor, son véritable mentor avec qui il travaillera sur nombre de ses albums. Au cours des années 60, le jeune aspirant musicien est impressionné lorsqu’il découvre ‘Voice of America Jazz Hour’, une émission populaire qui voit défiler des géants du jazz tels que Montgomery, Charlie Parker, Clifford Brown, Miles Davis, John Coltrane, Ella Fitzgerald...

Comme le reste de la planète la scène ghanéenne va être influencée par les productions rock, funk et jazz américaine. Blay Ambolley  va développer sa musique au sein de groupes comme Railway Dance Band (1965-1967), Houghas Extro-Ordinaire (1968), The Meridians (1970), Uhuru Dance Bandt, Zantoda Mark III, The Steneboofs et Sekondi Band. Le musicien a aussi partagé la scène aux côtés d'artistes comme Miriam Makeba, Fela Kuti, George Howard, Angela Bofill, Norman Connors, Manu Dibango... C'est dans les années 80 qu'il connaît le succès international avec l'album Simigwa (1988), le titre Simigwa Soca puis l'album Ambolley (1989). Ses textes engagés, souvent traités avec dérision, lui valent de recevoir plusieurs prix comme le "Lifetime Achievement Award" en 2003.

Commentaires