Hommage au chanteur soul Bobby WomacK

Le 30 juin 2014 par
Hommage au chanteur soul Bobby WomacK
Bobby WomacK © bobbywomack.com//DR

Chanteur et guitariste soul légendaire, Bobby Womack est mort vendredi 27 juin à 70 ans

Chanteur et guitariste légendaire de soul, l'auteur de "Across 110th Street" Bobby Womack devait se produire cet été sur les scènes françaises. Nous n'aurons pas l'occasion d'entendre sa voix profonde et éraillée, l'artiste est mort vendredi 27 juin à l'âge de 70 ans. Il avait écrit et joué avec Wilson Picket, Percy Sledge, Aretha Franklin, Sly & The family stone ou Janis Joplin. Après les succès de "Communication" et "Understanding dans les années 70, puis de "The poet", "The poet II" dans les années 80, "Le prêcheur soul" avait connu une longue traversée du désert avant sa renaissance en 2012 avec l'album "The bravest man in the universe" produit par Damon Albarn. Son empreinte sur la soul, le rhythm and blues et le rock est aussi puissante que ses descentes aux enfers dues à ses addictions et à des drames familiaux. 

 

Né en 1944 à Cleveland (Ohio) d'une mère organiste et d'un père ouvrier et ministre baptiste, Bobby Womack commence à chanter avec ses trois frères dans le groupe paternel de gospel The Womack Brothers au début des années 50. Le charisme et la voix du jeune Bobby lui vaudront très vite son surnom "Le Prêcheur" et au cours d'une tournée en 1956 le père de la soul Sam Cook les remarque et les fera signer sur son label SAR sous le nom de The Valentinos. Finit le gospel place à la soul, en 1962 ils signent leur premier succès "Looking for a Love" et deux en plus tard "It’s all Over Now" très vite repris par les tous jeunes Rolling Stones qui en feront leur premier hit. The Valentinos va faire la première partie de la tournée de James Brown.   

 

Albums Bobby Womack

Albums Bobby Womack © DR

 

L'année s'annonce bien pour Bobby et The Valentinos, mais en décembre 1964 Sam Cook est retrouvé assassiné dans un motel californien, le groupe des frères Womack ne s'en relèvera pas. Bobby Womack est sollicité pour ses talents de compositeur et d'interprète mais va commettre la "terrible erreur" d'épouser Barbara la veuve de Sam Cook début 1965. Il est mis au ban des grandes maisons de disques. L'artiste reconnu par les plus grands va enregistrer en tant que guitariste sur plusieurs albums ("Lady Soul"), écrire pour Wilson Pickett et en 1968 il enregistre son premier album solo "Fly Me to the Moon" sur Minit Records et obtient un hit avec la reprise de "California Dreamin.

 

En 1969 il travaille avec Gábor Szabó, Sly and the Family Stone ("There's a Riot Goin' On") ou Janis Joplin en écrivant "Trust Me" sur l'album "Pearl" (Bobby participera plus tard au dernier enregistrement de Joplin, il sera l'une des dernières personnes à la voir vivante). Ses premiers succès en solo arrivent lorsqu'il signe sur United Artists, il sort en 1971 l'album "Communication" puis "Understanding" en 1972. La même année il signe son plus gros succès "Across 110th Street" pour la BO du film de blaxploitation du même nom de Barry Shear. Bobby Womack en écrit les paroles tandis que le trombonniste de jazz J.J. Johnson compose la musique. Quentin Tarantino ressucitera le thème dans son hommage à la blaxploitation "Jacky Brown" (1998), Ridley Scott dans un autre registre l'utilisera pour son film "American Gangster" (2007).  

 

Dans les années 70 Bobby Womack continue de publier des albums mais le succès s'amenuise à partir de 1975 jusqu'à la sortie "The poet" (1981) et "The poet II" (1984) au début des années 80 mais ce n'est qu'un sursaut, des problèmes familiaux comme son divorce ou la mort de son frère, ainsi que sa consommation de cocaïne le fragilisent. Ses albums "Resurrection" (1994) et "Back to My Roots" marquent le début d'un long silence qui, excepté un album de Noël, durera jusqu'en 2009 et le coup de fil d'un certain Damon Albarn.

 

"The bravest man in the universe" / Bobby Womack et Damon Albarn

"The bravest man in the universe" / Bobby Womack et Damon Albarn © DR

 

En 2009 alors que Bobby Womack semble définitivement retiré de la scène musicale, le génial touche à tout Damon Albarn le sort de sa retraite forcée et le fait participer au troisième album de Gorillaz "Plastic beach" sur deux titres "Stylo" et "Cloud of Unknowing". Après une tournée avec le groupe, Damon le présente au producteur Richard Russell du label XL Recordings qui avait sorti en 2009 "I'm new here" le dernier opus du regretté Gil Scott-Heron.

 

En 2012 sort "The bravest man in the universe", où la musique électronique magnifie la voix rocailleuse et sublime de Bobby Womack qui a écrit la plupart des textes. Des titres où il est question de rédemption, de pardon, de foi... On savait depuis longtemps que Bobby Womack était malade (notamment d'Alzheimer) mais l'artiste avait, après une longue tournée, enregistré plusieurs titres d'un album qui devait s'appeler "The Best is Yet to Come" (le meilleur est à venir). Il a rejoint ses compagnons de route Sam Cook, Otis Redding, Mavin Gaye ou James Brown au panthéon de la soul.  

 

Compositeur ou guitariste, Bobby Womack a participé au succès de bon nombre de ses contemporains, en voici quelques titres pour le plaisir :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...

 

Liens

Par: Equipe Fip

Commentaires