Imarhan, dans le vent du désert

Le 08 juin 2015 par
Imarhan, dans le vent du désert
© Imarhan

Ils viennent tout juste de diffuser leur premier titre sur internet et font déjà parler d'eux. Les touaregs d’Imarhan s’annoncent comme la relève du blues d’Afrique du Nord.

Quand on parle de blues du désert ou de guitaristes Touaregs on pense immédiatement à Tinariwen. On est donc forcément obligé de comparer les nouveaux venus Imarhan à leurs grands frères précurseurs. L’association d’idée devient inévitable lorsque l’on découvre que les membres d’Imahran sont originaires de Tamanrasset dans le sud de l’Algérie comme leurs aînés. Et cerise sur le gâteau, celui qui se cache derrière la production de "Tahabort", leur premier extrait, n’est autre que Eyadou Ag Leche, bassiste de Tinariwen. Une raison de plus pour y jeter une oreille attentive.

On retrouve chez Imarhan les principaux ingrédients de l’assouf, le blues touareg. Des guitares électriques psychédéliques lancinantes, une rythmique funk obsédante, une musique qui ne saurait choisir entre la nostalgie mélancolique et l’optimisme propre à la jeunesse. Car il est justement question de jeunesse dans les textes des chansons de ces 6 jeunes gens qui ont choisi d’évoquer la difficile condition de leur génération dans cette partie du désert entre l’Algérie et le Mali. Imarhan signifie "ceux dont je me soucie".

Le titre "Tahabort" dont le clip au psychédélisme très 70’s a été tourné par les membres du groupe eux-mêmes, est aussi l’occasion d’annoncer la sortie de leur premier album pour le mois de janvier 2016.
 
Le premier single d’Imarhan est sorti le 8 juin chez Wedge. Ils tournent en ce moment dans toute l’Europe en première partie de Songhoy Blues que Fip avait filmé en live en décembre dernier au Trans Musicales de Rennes.

Ils passeront par Paris le 22 juin à l’International et le 24 juin à La Boule Noire à Paris en première partie de Songhoy Blues. Pour l'instant il n'y a pas d'autres dates annoncées en France mais ça ne saurait tarder.

imarhan_tahabort-cover

© Wedge

 

Commentaires