Konono N°1 frotte sa transe aux rythmes de Lisbonne

Le 07 avril 2016 par
Konono N°1 frotte sa transe aux rythmes de Lisbonne
Konono N°1 et Batida prennent la route ensemble | Vera Marmelo

Le légendaire orchestre congolais s’allie au producteur Batida pour un nouveau disque qui plonge les beats africains dans une fusion électronique ensorcelante.

C’est un regard vers l’avenir qu’affiche ce nouvel album de Konono N°1 sobrement intitulé Konono N°1 meets Batida. Une rencontre musicale, certes, avec l’une des pointures des dancefloors lisboètes mais aussi le signe que la disparition l’an dernier à 85 ans du fondateur de ce groupe trentenaire n’est pas synonyme de la fin de l’aventure pour ces hérauts du congotronic, révélés au monde par un premier album explosif en 2004.

Quel est donc aujourdhui le fil rouge de l’aventure Konono N°1, née à l’origine de l’idée géniale d’électrifier le likembé, ce piano à pouces congolais ? Assurément la puissance d’un son, une énergie rythmique, et une transe fusionnelle qui transgresse les genres musicaux. Premier extrait de ce nouvel album, Nlele Kalusimbiko est un exemple du genre où l’apport électronique de Batida exhalte les fondamentaux du groupe :

Si le fruit du travail entre le groupe de Kinshasa avec Batida est né dans le studio de ce spécialiste du kuduro, leur rencontre est aussi synonyme de retrouvailles géographiques pour un collectif et un artiste qui partagent des racines angolaises. Le producteur portugais agit comme un catalyseur dans cette collaboration qui transcende l’énergie primitive déjà incroyable de Konono N°1 dans une expérience tradi-moderne diabolique :

Pétri de collaborations locales (Papa Juju, MC AF Diaphraet produit par le découvreur et gourou de la fusion afro-moderne Vincent Kennis, Konono N°1 meets Batida est sorti le 1er avril dernier sur leur maison habituelle Crammed Disc. Avec ce nouveau disque taillé pour la piste, la troupe s'offre un véritable arsenal pour ses futurs lives, à découvrir dès le samedi 09 avril au Festival Sonic Protest à Montreuil.

Commentaires