L’autre futur de Nicolas Jaar

Le 26 septembre 2016 par
L’autre futur de Nicolas Jaar
Nicolas Jaar à Londres en 2013 | Sebastien Dehesdin /Getty Images

L’activiste électronique offre son second album "Sirens" à l’écoute dès aujourd’hui, un disque étrange et visionnaire.

Profonde, élégante, fantastique : la musique de Nicolas Jaar cumule les attributs à défaut de pouvoir être étiquetée. Dans le grand bain des productions électroniques, le compositeur américano-chilien détonne, emprunte à mille textures sans en révéler une seule, arpente avec ses différents projets un paysage sonore vierge ou presque. A seulement 20 ans, Jaar sortait en 2010 Space Is The Only Noise, un premier album hypnotique, fait d’une techno spectrale et parsemé de jazz exotique. Il rejoignait alors la success-story de la diaspora électronique chilienne emmenée par Matias Aguyao mais surtout le parrain de choix Ricardo Villalobos dont Jaar assume alors pleinement l’influence.

Six ans plus tard et après l'aventure de son duo Darkside qui l’a mené sur les scènes du monde entier, Nicolas Jaar est de retour avec Sirens, un second album solo  à découvrir dès maintenant sur sa webradio The Network sous forme d’écoute linéaire ou par ici directement. Sirens est une pièce en six actes de 47 minutes, un monde parallèle que Jaar a voulu lointain et proche en même temps où le passé ne cesse de croiser un futur prophétique.

Après une longue introduction, Killing Time est un premier titre scintillant, nappes et tintements s’entrechoquant pour créer l’univers exogène qui va enrober tout le disque. Sa suite The Governor est une perle futuriste comme seul Jaar a été capable d’en produire ces dernières années. Le piano y est limpide et la voix de Jaar aux accents soul s’y enroule progressivement, puis se déforme sous le coup de percussions graves et fracassantes. Derrière la création sonore, le producteur militant dresse ici un constat sombre de l’état du monde, et n’épargne pas les dirigeants mondiaux dans des textes ouvertement politiques.

Mais le confort nous rassure
Et Angela a dit d'ouvrir la porte
L'argent a besoin, semble t-il de ses prolétaires

The Governor

Abstraite parfois, colérique souvent, la musique de Nicolas Jaar est toujours audacieuse et sait aussi trouver des accents plus fringuant comme sur ce No chanté en espagnol et aux sonorités andines qui évoquent les productions d'un autre Nicolá, équatorien celui-ci. Le producteur brouille également les pistes avec le très rock Three Sides Of Nazareth, au rythme rapide et dont la ligne de basse est un fil rouge dans ce titre situé aux confins d’un vacarme atmosphérique.

C’est pourtant avec des couleurs pop que Jaar conclut l’aventure. History Lesson est ainsi une variation lointaine de productions qui fleurent bon les sixties, avant d'exploser dans un final indomptable. Un ultime flash-back du compositeur, et un mystère de plus à percer collectivement lors de son prochain concert le 11 novembre prochain au Trianon à Paris.

Sirens 585x585 cover

Sirens est attendu le 30 septembre 2016 sur le label "Other People".

Tracklist:

1. Killing Time
2. The Governor
3. Leaves
4. No
5. Three Sides Of Nazareth
6. History Lesson

Commentaires