L'éveil des consciences rageur d'Algiers

Le 18 juillet 2017 par

Après la sortie de l'album "The Underside Of Power", le combo soul punk d'Atlanta présente le clip incendiaire de "Cleveland" dénonçant la discrimination et les violences policières.

En 2015, le trio Algiers frappait fort avec un premier album coup de poing réussissant à combiner de façon pertinente des discours politiques brûlants et un mix saisissant de gospel, de beats electros, de trip-hop et de post-punk noisy. Le chanteur Franklin James Fisher, Ryan Mahan et Lee Tesche ont été rejoints par l’ex-batteur de Bloc Party Matt Tong, pour un nouvel essai réussi paru en juin sur le label Matador. Algiers vient de dévoiler la vidéo incendiaire du titre Cleveland, un appel à l’action rageur contre les discriminations et les bavures policières. Sous fond de gospel incantatoire et de techno de Détroit viscérale, le quatuor d'Atlanta y rend hommage aux victimes des violences raciales comme le jeune Tamir Rice, Sandra Bland, Andre Jones, Kindra Chapman, Keith Warren ou Alfred Wright. 

Algiers

Algiers © Joe Dilworth / Matador Records

Enregistré à Bristol avec Adrian Utley (Portishead) et Ali Chant (PJ Harvey, Perfume Genius) à la production, Randall Dunn (Sun O)))) au mixage et Ben Greenberg (The Men, Hubble, Uniform) à la post-production, ce deuxième album, The Underside Of Power, est toujours aussi percutant et intransigeant. Eveil des consciences ou appel insurrectionnel, la prose habitée de Franklin James Fisher pioche aussi bien dans les discours du Black Panther Fred Hampton, que dans La Peste de Camus, les écrits du poète-dramaturge T. S. Eliot ou du penseur engagé Walter Benjamin. Côté inspirations musicales, on pense à un mix éclectique allant d'Afrika Bambaataa, du Portishead des débuts, de Donny Hathaway, The Clash,  Public Enemy, Rage Against the Machine ou Fishbone.

Algiers est en concert :
le 14 novembre au Paloma (Nîmes)
le 16 novembre au Marché Gare (Lyon)
le 20 novembre à La Maroquinerie (Paris)

Commentaires