L'héritage Cajun de Lost Bayou Ramblers

Le 04 octobre 2017 par
L'héritage Cajun de Lost Bayou Ramblers
Lost Bayou Ramblers nouvel album "kalinda"

Le jeune groupe créole-cadien fait revivre et modernise le répertoire traditionnel du sud de la Louisiane et sort un huitième album "Kalinda".

Fondé en 1999 par le violoniste André et l'accordéoniste Louis Michot, Lost Bayou Ramblers perpétue l'extraordinaire richesse cultuelle du sud de la Louisiane en injectant une dose de modernité dans la musique traditionnelle des bayous. Un héritage que les frères ont acquis au sein du groupe familial Les Freres Michot et qu'ils transmettent avec le guitariste Johnny Campos, le batteur Kirkland Middleton et Bryan Webre. Le jeune quintet mêle les folk-songs de la Lousiane française, les danses et les vases cajuns et haïtiennes aux beats électros, aux textures psychédéliques et aux guitares rock.

Un cocktail enthousiasmant qu'ils ont déjà partagé avec des artistes comme Dr. John, Rickie Lee Jones, Spider Stacy (The Pogues) ou encore la chanteuse et violoncelliste Leyla McCalla. Les deux derniers artistes sont d'ailleurs présents sur le titre Kalinda extrait de leur huitième album produit par Korey Richey (LCD Soundsystem, Arcade Fire).  

Lost Bayou Ramblers exhume des titres classiques ou oubliés des bayous qu'ils font revivre comme ce titre Kalinda inspiré par la chanson populaire cajun Allons Danser Colinda enregistrée pour la première fois en 1940 et popularisée 20 ans plus tard par Rod Bernard. Un titre dont on retrouve l'origine au 18ème siècle sous la forme d'une danse/art martial courante dans les caraïbes et d'une danse développée par les descendants d'esclaves d'Afrique de l'Ouest au fameux Congo Square de la Nouvelle Orléans. Au début de ce titre hypnotique et psyché on peut entendre la voix de Vavasseur Mouton, enregistrée en 1930, introduisant les rythmiques afro-caribéeennes et le mantra du chanteur. Le reste de l'album est à découvrir sur le Bandcamp du groupe. Lost Bayou Ramblers fait partie de la série documentaire American Epic contant les débuts de la musique enregistrée aux Etats-Unis (produite par Jack White et réalisée par Bernard MacMahon).

Commentaires