L’hymne à Cuba de Daymé Arocena

Le 15 mars 2017 par
L’hymne à Cuba de Daymé Arocena
Daymé Arocena | Photo : Casey Moore

La protégée de Gilles Peterson dévoile un deuxième album qui projette l’héritage de son île natale vers l'avenir.

La voie est libre pour Daymé Arocena. A 24 ans seulement, tout semble sourire pour ce petit bout de femme charismatique dont la puissance et la grâce impressionnent au fil de ses concerts. Révélée en 2014 par le projet Havana Cultura, la chanteuse de 24 ans publiait l’année suivante un premier album prometteur entre jazz, rumba cubaine et accents funk où son timbre afro-cubain s’affirmait entre Espagnol et Yorùbá. Avide de collaborations, de voyages et de rencontres, Daymé Arocena retrouvait également l’an dernier son parrain Gilles Peterson sur un EP de reprises bien placées allant de Sun Râ au crooner house Peven Everett.

Son nouvel album, la chanteuse a choisi de le dédier à son île natale. Cubafonia se veut ainsi l’expression des racines musicales de Daymé Arocena, profondément enchevêtrée dans le temps et dans l’espace, entre racines africaines et traditions du jazz. Mais la tradition n’est pas tout pour cette vingtenaire qui cherche à ouvrir le son cubain à sa propre génération, et qui s’est entourée pour ce faire d’une jeune garde de musiciens  talentueux comme le contrebassiste Gaston Joya Perrelada ou encore le Californien Miguel Atwood-Ferguson, un habitué du redoutable label Brainfeeder.

 
Cubafonia est un disque riche et qui arpente de nombreuses ambiances. A l'enflammé Mambo Na’ Ma’ (l’un des meilleurs titres du disque) répondent ainsi plusieurs balades (Cômo, Angel) qui n’hésitent pas à plonger dans un répertoire plus soul. Si l’exigence de modernité affichée par Daymé Arocena passe parfois au second plan avec des moments plus conventionnels, les effluves de son nouvel album sont puissantes et transportent instantanément l'auditeur dans le chaudron musical bouillonnant de la grande île des Caraïbes.

Cubafonia 585x585

Cubafonia est sorti le 10 mars sur le label Brownswood Recordings

Commentaires