La Cité de la Musique fête Django Reinhardt

Le 11 juillet 2012 par
La Cité de la Musique fête Django Reinhardt
Django Reinhardt © RF

Du 6 octobre 2012 au 20 janvier 2013, l'exposition "Django Reinhardt, swing de Paris" rendra hommage au génie du jazz manouche...

La Cité de la Musique, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, va célébrer le génie du jazz manouche Django Reinhardt à travers une exposition du 6 octobre 2012 au 20 janvier 2013, a-t-elle annoncé mardi dans un communiqué.  "Django Reinhardt, swing de Paris" entend "célébrer le génie de cet artiste qui, dans nos mémoires, a donné à une ville alors centre d'une extraordinaire créativité sa bande-son idéale", explique la Cité de la Musique.
L'exposition dirigée par Vincent Bessières retrace les différentes étapes du parcours de l'artiste : son enfance marquée par le répertoire tzigane, ses débuts comme banjoïste, l'accident de 1928 au cours duquel il perdit l'usage de deux doigts, son initiation au jazz, la naissance du fameux quintette à cordes avec Stéphane Grappelli, son rayonnement international, ses échanges avec les jazzmen afro-américains expatriés à Paris...

Elle revient également sur les années d'Occupation et l'engouement pour le swing, ses échanges avec les GI à la Libération, la tournée avec Duke Ellington aux Etats-Unis en 1946, son désintérêt progressif pour la musique au profit de la peinture et son regain d'amour pour le be-bop, puis sa disparition subite enmai 1953, à l'âge de 43 ans. "Django Reinhardt, swing de Paris" fait une place à ceux qui ont su capter l'âme du Paris de l'époque dans leurs images (Brassaï, Emile Savitry - qui découvrit le guitariste -, Robert Doisneau...) mais aussi à des peintres dont les oeuvres reflètent le brassage culturel que Django Reinhardt incarne par sa musique.
La scénographie, confiée à Patrick Bouchain, est délibérément affranchie de tout mur. Les documents, provenant pour l'essentiel de prêteurs privés "djangophiles" ou de la famille de l'artiste, sont présentés dans des tables creuses qui, tels les étals des puces ou les malles de voyage, "débordent de trésors insoupçonnés", selon la Cité de la Musique.   
Le week-end, des minis-concerts seront organisés dans l'enceinte de l'exposition avec des musiciens actuels.(Source AFP)

 

 

 

Liens

Par: Equipe Fip

Commentaires