La nouvelle frontière de Bon Voyage Organisation

Le 29 juillet 2016 par
La nouvelle frontière de Bon Voyage Organisation
Bon Voyage Organisation | Photo : Visions Particulières

Avant un second disque à la rentrée, le collectif parisien marque des points avec un nouveau single disco-pop et une tournée chinoise en forme de répétition générale.

Combien de groupes aujourd'hui prétendent encore écrire le futur du rock ? Si la musique de Bon Voyage Organisation respire autant l’avenir, c’est sûrement parce que cet orchestre de poche n’a d’autre objectif depuis deux ans que de se laisser porter par sa vista et ses humeurs musicales. Sans chercher à devenir l’avant-garde d’un genre à part entière et surtout en étudiant bien plus le vaste monde que le temps qui passe. Une trajectoire hédoniste, audacieuse, pour laquelle BVO emprunte autant au panthéon de la variété hexagonale qu’à une disco cosmique et flamboyante. Dernier titre en date dévoilé par le groupe au creux de l’été, Geographie confirme cette ambition élastique qui fait désormais sa griffe, un pêle-mêle de groove et de voix parlées mystérieuses :

Les parfums d’ailleurs sont l’une des clefs de l’excitation qui entoure l'ascension de BVO . Suggérer les fantasmes sonores d’un nouveau monde est une antienne d'Adrien Durand, producteur en chef et gourou de ce collectif mouvant de musiciens et de chanteuses. Une vieille obsession pour ce fan de Gainsbourg qui cite Ry Cooder et Paul Simon comme modèles lorsqu'on évoque avec lui les errances de la world-music contemporaine. Et qui conçoit BVO comme l’ultime mue d’une aventure amorcée dès 2009 avec Les Aéroplanes, creuset confidentiel de disco-ambient barrée. Si les voyages forment la jeunesse, ils donnent surtout à Adrien et ses complices des ailes pour la suite, la caravane s’étoffant alors au fil des concerts et la guitare, la flute et le sax rejoignant les claviers et la basse du leader : "J'ai pris goût au studio, aux musiciens. Ce qui nous excite, ce sont les musiciens de session des années 70. On a le goût de la note juste, on ne se considère pas comme des virtuoses."

La production s'étoffe, le résultat en devient obsédant : si BVO évoque parfois les pionniers du genre – Cerrone ne renierait pas grand chose -, sa disco est d’ailleurs et mixe la sensualité à la française aux aspirations d’un dance-floor apatride. Publié l'an dernier sur le label Disque Pointu, le EP Xingye a révélé le groupe dans sa version actuelle, un disque nimbé de mirages asiatiques qui a propulsé BVO en ovni de la jeune scène indépendante hexagonale.

Une réussite presque imprévue pour Adrien Durand : "Le disque a mis 2 ans à voir le jour, l'enregistrement était intermittent. J'ai été surpris du résultat, de sa fidélité à mon idée initiale." Alors que les concerts s'enchainent et que le nouvel EP est attendu à la rentrée, la suite de l'aventure BVO est désormais guettée comme le lait sur le feu. L'album devrait s'appuyer sur la tournée chinoise que vient d'achever le groupe, revenir au credo asiatique de Xingye : "Il y aura des musiciens chinois sur le prochain disque. Mais ce qui m'intéresse, ce sera de leur proposer quelque chose où ils peuvent s'exprimer. On n'est pas là pour piller des samples".

Il se fera également dans un cadre moins underground : si Bon Voyage Organisation est une petite entreprise auto-produite, son nouveau contrat avec la major Columbia lui assure désormais des moyens de production et d'enregistrement plus confortables. Les voyages, ça coûte cher.

Geographie EP

1 - Geographie
2 - Mirage

Release party le 14 septembre au Badaboum (Paris).

Commentaires