La triple entente de Toto Bona Lokua

Le 23 octobre 2017 par
La triple entente de Toto Bona Lokua
Gérald Toto, Luaka Kanza et Richard Bona | Manu Lagos

Les trois musiciens reforment leur trio éphémère pour un nouvel album attendu le 03 novembre prochain.

En musique comme ailleurs, l’amitié permet de réaliser de grandes choses. En choisissant le terme Bondeko (« fraternité » en Lingala) pour baptiser leur retour en trio, l'artiste martiniquais Gerald Toto, le bassiste camerounais Richard Bona et le multi-instrumentiste congolais Lokua Kanza ne pouvaient pas mieux afficher l’harmonie retrouvée qui s’échappe de leur nouveau projet collectif.

Car leur histoire, ensemble, n’est pas nouvelle. En 2004, le tout jeune label No Format! publiait alors Toto Bona Lokua, un disque quasiment fondateur pour cette petite maison de disque parisienne qui compte désormais dans son roster Oumou Sangaré, Rocé ou encore Alani. Les trois musiciens y mêlaient alors leurs influences musicales, leurs voix et leurs langues différentes dans un disque afro-jazz qui chantait l’héritage africain bien au-delà de ses frontières.

13 ans plus tard, ces 3 grandes voix se retrouvent donc pour donner une suite à ce disque sans lendemain, et alors que leurs carrières respectives n’ont pas démérité depuis. Les raisons de ces retrouvailles peuvent être multiples : l’attente du public qui n’a pas oublié la volupté de leur premier disque ? L’occasion de faire un détour ou une pause entre des disques solo qui s’enchainent ? Ou tout simplement justement, l’amitié retrouvée en studio (et on l’espère bientôt en live) qui donne un sens particulièrement profond à ce Bondeko.

Preuve en est avec Ma Mama à découvrir ci-dessus, le premier extrait dévoilé par le trio et qui sous couvert de sifflements printaniers dévoile une symbiose magnétique des voix, des langues et des rythmes partagés dans une fraicheur vivifiante par ces grands musiciens.

Commentaires