Le bluesman B.B. King est mort

Le 15 mai 2015 par
Le bluesman B.B. King est mort

La légende du blues B.B. King s'est éteinte jeudi 14 mai à Las Vegas à 89 ans

The Thrill Is Gone chantait B.B. King, oui aujourd'hui le frisson est parti, celui d'entendre le bluesman faire chanter et pleurer sa guitare Lucille. Le "King of the Blues", né en 1925 dans le Mississippi, nous a quitté jeudi 14 mai à Las Vegas à l'âge de 89 ans rejoignant Sonny Boy Williamson, Muddy Waters et John Lee Hooker.

Comme depuis ses débuts à Memphis à la fin des années 40, Riley Ben King alias B.B. King (pour Blues Boy) était encore sur scène il y a quelques semaines. Le roi de la guitare blues (avec Albert King et Freddie King) a obtenu au cours de ses 60 ans de carrière quinze grammy's. Il avait joué avec les grands noms du rock et était déjà dans le Rock and Roll Hall of Fame (le Panthéon du rock), l'artiste laisse plus de 50 albums et live somptueux.  
 
Ecoutez l'hommage de Fip à B.B. King : 

       

Quel destin que celui de Riley Ben King né le 16 septembre 1925 dans une plantation de coton près d'Itta Bena dans le Mississippi. A 18 ans alors qu'il est métayer, laboureur, conducteur de tracteurs, il est appelé sous les drapeaux où il découvre le jazz. Influencé par les chants de travail et le gospel de son enfance ainsi que par les guitaristes Charlie Christian et Django Reinhardt, il commence a jouer après le travail et part en 1946 pour Memphis rejoindre son cousin musicien Booker T. Washington (Bukka White).
Après un retour dans les champs, il revient à Memphis joue dans les clubs et trouve un emploi dans une station de radio, WDIA sous le nom de "Beale Street Blues Boy". C'est Ike Turner qui le lance vraiment dans l'aventure. En 1951 il sort "Three O’Clock Blues" (de Lowell Fulson),  "You Know I Love You" en 1952 et "Blind Love" en 1953. Le début du succès. 

B.B. King devient dans les années 50 l'un des plus gros vendeurs de blues et de rhythm’n’blues avec des titres comme "Everyday I Have The Blues". Celui qui a baptisé ses guitares Lucille se distingue très vite par sa virtuosité à la guitare électrique ainsi que son expressivité.

Ecoutez B.B. King parlant de sa guitare Lucille :

 
Il partage l'affiche de grands festivals avec des artistes comme Jimi Hendrix, Otis Redding, Ike & Tina Turner et son héros T-Bone Walker lors du Monterey Jazz Festival de 1967. B.B. King est un showman à succès mais n'oubliera jamais ses racines, le soir de l'assassinat de Martin Luther King (en avril 1968) il improvise un concert avec son disciple Buddy Guy et Jimi Hendrix et s'engagera toute sa vie en faveur des prisonniers.

Son art du solo et son blues authentique vont influencer dans les années 60 les rockers blancs adeptes du blues comme  Eric Clapton, Jimmy Page, George Harrison, John Mayall ou Michael Bloomfield. En 1969 il sort son plus grand succès "The Thrill Is Gone", la même année il tourne avec The Rolling Stones qui lui ouvrent définitivement les portes des scènes mondiales. 

Aucun guitariste de blues au monde n'est l'égal de B.B. King. Eric Clapton

Je sais qu'il y a dans notre communauté des musiciens qui en veulent énormément aux groupes de rock qui les accusent d'être devenus riches et célèbres en pillant notre culture. J'ai une position différente. Si tous ces groupes sont effectivement devenus riches grâce à nous, ils nous ont aussi ouvert toutes ces portes qui seraient restées fermées pour nous encore longtemps. Et puis il y a des musiciens qui, bien que blancs et européens, jouent aussi bien que les plus grands d'entre nous. Cela en dit long sur l'essence même du blues, qui est une musique de feeling. B.B. King

A lire "B.B. King" de Sébastian Danchin, Fayard, 2003

B.B. King

© Kevin Westenberg

 

,

Commentaires