Les cordes hérissées de Moon Gogo

Le 21 décembre 2017 par

L’improbable duo franco-coréen dévoile "Joy", premier extrait d’un nouvel album attendu l’an prochain.

Quel joli nom que celui de Moon Gogo. Bien loin de la Mondscheinsonate, le blase commun de Federico Pellegrini et d’E’Joung-Ju provient semble-t-il plutôt de l’instrument millénaire que pratique cette dernière : le Geomungo, une sorte de cithare traditionnelle à 6 cordes de soie et accessoirement trésor national coréen.

Drôle d’attelage en fait que celui de l’ex Little Rabbits - et toujours French Cowboy - avec cette musicienne classique émérite venue d’une contrée lointaine. Et pourtant, le duo transcontinental qu’ils ont formé sur commande il y a quelques années a finalement trouvé une voie assez grisante dans la confection d’un folk-rock imaginaire aux effluves psycho-traditionnelles.

Moon Gogo - Photo de Marie Monteiro

Preuve en est avec Joy, premier extrait d’un nouvel album éponyme à paraitre l’an prochain, et qui ne manque vraiment pas de nervosité. Attisé par les cordes hérissées du geomungogo et le chant lancinant de Pellegrini, ce titre qui sent la sueur prend souvent des allures post-punk - mais sans jamais exploser - et promet un second disque, on l’espère, rempli d'autres bonnes idées.

En concert : 

12/01 : Cour:87 - NANTES (44)
16/01 – 104 – PARIS (75)

Commentaires