Marcus Miller revient avec l'album "Afrodeezia"

Le 02 février 2015 par
Marcus Miller revient avec l'album "Afrodeezia"
© Cathrin Cammett

Le bassiste Marcus Miller rejoint le label Blue Note pour son nouvel album "Afrodeezia" prévu le 16 mars. Il sera en concert à l’Olympia (Paris) le 13 avril.

Le mythique label Blue Note, qui fêtait l'année dernière ses 75 ans d'existence, vient d'annoncer coup sur coup l'arrivée de deux géants du Jazz. Après Wayne Shorter et Bobby Hutcherson en 2014, le saxophoniste Charles Lloyd présentera en avril l'album live "Wild Man Dance". Le bassiste Marcus Miller, quant à lui, sortira le successeur  de "Renaissance" (2012) le 16 mars.
Nommé artiste de l’UNESCO pour la paix en 2013, le légendaire bassiste est devenu le porte-parole du programme éducatif « la route de l’esclavage» Marcus Miller a voulu sur "Afrodeezia" :

« Ma volonté principale était de remonter à la source des rythmes qui font la richesse de notre héritage musical, de partir de l’Afrique pour les suivre, comme à la trace, jusqu’aux Etats-Unis. Ce périple nous a menés du Mali à Paris, de La Nouvelle-Orléans à Sao Paulo, en passant par les Caraïbes. J’ai eu le bonheur de collaborer avec des musiciens maliens, burkinabais, brésiliens, trinidadiens... » Marcus Miller

 

Virtuose du Slap et du jazz fusion, Macus Miller annonce un album aux sonorités et rythmiques nouvelles. Le compositeur et producteur du "Tutu" de Miles Davis, est accompagné ici d'Alex Han au saxophone, Adam Agati à la guitare, Brett Williams aux claviers et Louis Cato à la batterie. Ils forment le noyau dur d’“Afrodeezia”, autour duquel gravitent des solistes venus de tous les pays que les musiciens ont traversés.

Le 26 janvier est sorti le documentaire "Marcus" réalisé par Patrick Savey (Zycopolis Productions). Une plongée dans le monde musical de ce musicien d'exception au gré de ses rencontres artistiques avec les plus grands du jazz, de Larry Graham et Jaco Pastorius à David Sanborn, Herbie Hancock, Al Jarreau et Miles Davis. En voici deux extraits :

Site Marcus Miller

 

Commentaires