Mitú : "Nous voulons jouer dans la jungle"

Le 07 décembre 2017 par
Mitú : "Nous voulons jouer dans la jungle"
Franklin Tejedor + Julián Salazar = Mitú

La techno tropicale du duo colombien est l'une des pépites électroniques de cette première soirée à Rennes. Rencontre avec la nouvelle sensation du label ZZK qui vous offre un remix inédit pour fêter ça.

Avec leurs compatriotes Ghetto Kumbé et El Leopardo, le duo Mitú convoque ce jeudi 07 soir le futur des rythmes colombiens dans la Green Room des Trans Musicales. Rencontre à Rennes avec Julian Salazar, l’une des deux têtes pensantes de ce tandem qui nous offre en exclusivité un remix inédit par le Franco-équatorien Nicola Cruz de leur dernier titre Fiebre.

Votre nouvel album Cosmus accorde une place de choix aux machines et place les instruments acoustiques en arrière-plan. Pourquoi avez-vous choisi d'accentuer le trait électronique sur ce disque ?

On a senti que c’était le bon moment pour passer un cap. Nous ne l'avions pas prévu à la base. Quand j'ai commencé à travailler sur cet album, je voulais juste réinventer le son du groupe, alors j'ai laissé tous les instruments acoustiques derrière et j’ai tout misé sur les machines. Quelque chose de nouveau en est sorti, quelque chose de glorieux, comme si on découvrait un nouveau son. 

Comment s'organise la composition entre vous : qui commence, et par quoi ?

Nous n'avons pas de méthode unique. Parfois, je commence et j’apporte l'idée à la répétition, puis Franklin ajoute ses percussions. Parfois, nous jouons tous les deux et nous nous retrouvons avec la ligne directrice de la chanson, et dans ce cas je réalise les finitions en studio.

Votre musique parait plus influencée par votre environnement immédiat – la jungle ou la ville – que parmi les producteurs européens. Comment expliquez-vous la forte identité de la musique électronique en Amérique du sud ?

Honnêtement, je ne compare jamais la musique que je produis avec celle des autres, même celle que j’apprécie. Cela dit, ce pourrait être justement l’origine du caractère et de l’identité de notre son. On pourrait dire que la seule chose qui prime est notre environnement personnel.

Avez-vous déjà joué en pleine jungle ? 

Pas encore, mais c’est justement un de nos objectifs pour l’an prochain. Faire un concert dans la jungle et sortir un album live intitulé: Mitú Live à Mitú. 

Qui est Teresa Reyes, qui prête sa voix à plusieurs titres du disque ?

Teresa Reyes est une personne incroyable que nous avons rencontrée à Palenque, le village natal de Franklin. Nous recherchions une voix pour plusieurs titres du disque et nous l'avons ainsi rencontrée il y a 4 ans. Depuis, nous avons travaillé avec elle et cela a toujours été un plaisir et même une aventure, car elle n'avait chanté que dans la musique folk jusque alors. Repousser ses limites et la faire chanter sur de la musique électronique a donc été un défi, mais le résultat en valait la chandelle !

Pourquoi avoir démarré votre album par un titre intitule “Fin” ?

J'ai senti à un moment que nous n'avions pas d'intro pour cet album. J'ai donc produit ce titre qui, d’une certaine façon réunit toutes les techniques que j'ai utilisées pour l'album. J’ai senti que c’était une bonne idée. On avait assez de compositions pour l’album, le boulot était fini. D’où « El Fin ».

Commentaires