Primitive London rend un hommage jubilatoire à la "Library Music"

Le 26 juin 2017 par
Primitive London rend  un hommage jubilatoire à la "Library Music"
Robin Fincker, Kit Downes, Jim Hart, Antoine Berjeaut - Photo de Julien Taylor

Le quartet franco-anglais de Berjeaut et Fincker invite le rappeur Juice Aleem pour un clin d’œil aux trésors invisibles de la musique d’illustration.

L'album Planete savage du groupe Primitive London sorti début juin ne devrait pas passer inaperçu. Et les concerts qui l'illustrent, encore moins. Ce disque rend hommage aux morceaux psychédéliques oubliés de la « Library music » britannique qui servaient d’illustration pour les reportages, les spots publicitaires les génériques à la télévision ou d’interludes dans les émissions de radio. C’est ce qu’on appelait assez péjorativement de la "musique au mètre". Ces disques de tous styles, distribués à peu d’exemplaires et réservés aux professionnels de l’image et du son sont des témoins des tendances musicales à la mode au moment de leur conception en studio par des compositeurs de l’ombre. En partant de l’imaginaire de ces musiques parallèles, techniquement irréprochables, Primitive London a composé sa B.O personnelle mêlant jazz, free, électro, pop et musique savante :

"La particularité de la période de Library Music à laquelle le groupe fait référence tient dans la manière totalement décomplexée avec laquelle les compositeurs faisaient cohabiter des univers musicaux très différents dans un même enregistrement". Robin Fincker

A la tête de ce projet, deux soufflants lumineux et très actifs de la planète jazz : le trompettiste et programmateur électronique Antoine Berjeaut, ( Surnatural OrchestraWasteland avec Mike Ladd...) et le saxophoniste français Robin Fincker ( Loop collectiveSurnatural Orchestra, BedmakersDeep Ford ...) qui a vécu 10 ans à Londres. : "Ces enregistrements étaient faits sans but de “live” et peuvent enchainer des mélodies assez typées, aux grooves dignes des meilleures bandes sons de films des années 70 avec toutes les experimentations psychédéliques du moment", explique Fincker pour retracer l'origine du projet. "Cet espace musical complètement “décloisonné” résonnait avec notre manière d’envisager un repertoire. Les deux musiciens anglais auxquels nous avons fait appel partagent complètement cette approche, ce qui rend le groupe vraiment imprévisible et excitant en live".

Pour partager l'aventure Planet savage, en plus du magnifique batteur Jim Hart (une des pépites de la scène de jazz européenne) et du puissant pianiste et claviériste Kit Downes, les deux compères ont fait appel à Juice Aleem, poête rappeur de Birmingham et fan de science fiction afro-futuriste : "Une manière de boucler la boucle de la Library" explique Antoine Berjeaut qui rappelle que "beaucoup de morceaux précurseurs de la musique électronique écrits par des compositeurs de la BBC des années 60'/70' ont été remis au goût du jour par le sampling dans le hip hop". Un trésor pour les DJs qui pouvaient ainsi utiliser cette banque de son libre de droit et non-commerciale.

Primitive London

Commentaires