Prince of Texas: l'image sublimée par Explosion in the sky

Le 28 février 2014 par

Prince of Texas sort en dvd le 4 mars, Explosion in the sky en signe la B.O un film à voir et à écouter.

Prince Of Texas sort en dvd le 4 mars. Cette fable contemplative à la beauté polaire (il s'agit d'ailleurs du remake d'un film islandais: "Á annan veg" ) est signée par David Gordon Green à qui l'on doit, notamment, Pineapple express.

 

La bande originale du film est l'œuvre jointe de David Wingo, compagnon de toujours du réalisateur, et d'Explosions In The Sky.

 

 

Feu d'artifice et soir d'orage.

Explosions In The Sky est un groupe texan formé à la toute fin des années 1990 et apparenté à la scène post rock. C'est ainsi qu'on a regroupé ces groupes qui, sans réelles proximités formelles, issus de cultures de références différentes et empreints de sensibilités extrêmement diverses, ont entrepris de façon synchrone de déconstruire le rock, de le désolidariser de ses formats contraignants. L'idée directrice n'est pas d'élaborer un nouveau vocabulaire, mais bien de repenser la musique comme un vecteur émotionnel.

 

L'écriture d'Explosions In The Sky est faite de micro-motifs aux mélodies mélancoliques et de constructions longues mettant en place des systèmes énergétiques ascensionnels. Le nom du groupe résonne comme une évidence tant sa musique se situe quelque part entre le feu d'artifice et le soir d'orage. 

 

 

Quoi que strictement instrumentale, la musique d'Explosions In The Sky revêt, du fait de ses constructions progressives et de ses montées en puissance ponctuées d'accidents -de péripéties même-, un caractère singulièrement narratif. Les chansons aux titres ésotériques d'Explosions In The Sky racontent des histoires, dessinent des décors, narrent des climats... Les disques des texans sont autant de bandes sons de films imaginaire que chaque auditeur réalisera individuellement pour lui-même. Le fait d'inverser le processus, et de composer de la musique pour des images imposées, tient par conséquent à la fois d'un processus logique et d'une mise en danger.

 

En 2004, des titres du groupe vont être utilisés dans la bande originale du film Friday Night Lights, puis dans la série qui en sera tirée. C'est l'histoire d'une petite ville du Texas dont la vie tourne autour de la progression de l'équipe de football de son lycée. Au delà de ce pitch sportif, la série est avant tout sensible, psychologique et réflexive.

 

D'autres titres d'Explosions In The Sky seront ensuite utilisés pour Le Scaphandre et le Papillon, ou encore Kaboom.

 

 

La B.O comme exercice minimal et fragile. 

Si leurs réflexes sont très différents, et l'humus culturel dans lequel les deux groupes ont vu le jour sont tout à fait distinct, on rapproche souvent Explosions In The Sky de Mogwai. En effet,  les premiers sont héritiers d'une longue histoire du psychédélisme qui voit le jour dans le folk proto-drone des Appalaches et a traversé l'épopée psychotrope des années hallucinogènes alors que Mogwai est plus issu des déluges soniques du shoegaze et des référents romantiques sombres européens, les deux groupes ont en commun d'exprimer leur post rock dans ce répertoire extrêmement électrique et puissant.

 

Mogwai a, de son côté, également composé des bandes sons. Celle d'un documentaire sportif : Zidane, a 21th century portrait :

 

 

Et surtout celle de la série française esthétique et fantastique Les Revenants, dont on attend (impatiemment) la seconde saison :

 

 

Sans pousser plus avant une correspondance un peu feignante entre les deux groupes qui a déjà été trop exploitée, on constatera néanmoins que si les deux s'emploient à déployer une énorme puissance sur les productions qu'ils diffusent en leurs noms, ils exploitent des pistes beaucoup plus fragiles lorsqu'ils composent pour illustrer des films. Aussi, la BO de Prince Of Texas, comme celle des Revenants, semblent à maints égards se diriger vers le minimal contemporain de Nils Frahm.

 

Il faut dire qu'une pièce fait office de maître étalon dès lors qu'il s'agit de parler de sublime dans le champs de musique habillant des images, ou d'images illustrant de la musique. C'est l'ouverture de Gerry, de Gus Van Sant, dans laquelle le réalisateur emploie le Spiegel Am Spiegel d'Arvö Part, l'une des références majeures de Frahm. 

Un groupe de rock qui s'attache à déconstruire ses formats pour aller vers des structures faites de motifs et de mouvements et de dynamiques, et qui finit par rencontrer la musique d'un compositeur classique contemporain qui travaille un répertoire de sons aux sensibilités quasi pop et déshabille sa musique du superflu orchestral, est-ce que c'est surprenant ? Sur le papier cela fonctionne. D'un point de vue mathématique, c'est même logique. Mais encore faut-il l'étendre dans un camp comme dans l'autre. En attendant qu'Arvö Part passe au Pitchfork Festival (Nils Frahm a joué à la Route du Rock, lui) et qu'Explosions In The Sky soit joué par notre Philharmonique à la Salle Pleyel, heureusement qu'il y a de superbes films comme Prince Of Texas pour nous rappeler des évidences.

 

>> Ecoutez la B.O de Prince of Texas:

>> L'affiche de Prince of Texas:

 

 

Liens

Par: Equipe Fip

Commentaires