Rock en Seine 2014 - Live report

Le 25 août 2014 par
Rock en Seine 2014 - Live report
© Bruno Chabert

Après le Hellfest, notre équipe est partie à Rock en Seine, live report non-exhaustif en sons photos vidéos et images

Histoire de mieux digérer la rentrée nous nous sommes rendus à Rock en Seine le week-end dernier. Temps maussade, certes, mais programmation suffisamment alléchante pour que nous débarquions sur le site du Parc de St Cloud dès le vendredi après-midi.

Attention, ce Live Report est totalement non-exhaustif.

VENDREDI

C’est avec les suédoises de TIGER BELL que nous avons entamé ce marathon musical de 3 Jours. Punk/Pop ultra efficace, idéal dans ce genre de conditions (après-midi, plein air, pas de light show.). Nous les avions rencontrés à Eurosonic, le concert Rock n’ Roll parfait pour lancer le Festival. 
Mention spéciale à Canan Rosén, la bassiste du groupe qui est un pur spectacle à elle toute seule.

 

WILD BEASTS attaque un peu avant 18H00. Vu l’horaire, on s’avance un rien sceptique vers ce concert, plein air,  (très) grande scène, lumière du jour (et donc pas de lights), des conditions pas optimales, connaissant le soin que les 4 anglais apportent à leur son et leurs lumières.
Mais, surprise, le son est relativement correct (suffisamment pour ne pas ruiner leur concert), et le groupe, pas le plus remuant du Festival, s’en tire vraiment bien.

Rapide coup d’œil et d’oreille à JAKE BUGG, qu’on aurait vraiment aimé voir, mais le devoir (des interviews) nous appelait.

Pour ce qui est de THE HIVES, si on les adore, le concert était fantastique. Si on les déteste, insupportables.

MAC DEMARCO est monté sur scène dans un état relativement correct, mais il nous faut l’avouer ici, il ne se passe à peu près rien sur scène. Ni musicalement, ni dans le show, rien. Juste une espèce de « coolitude » gentillette, avec des p’tits morceaux un peu rigolos. Passons.

DIE ANTWOORD, eux, offrent une prestation à la frontière du « Cheesy » et du Malsain (particulièrement Yo-Landi Vi$$er, la chanteuse). Ce qui rend leur concert pas inintéressant du tout. Ce groupe de Hip Hop Sud-Africain plonge le Festival dans une ambiance de chaos hyper sexuée au mauvais goût assez parfait.

 

Dernier concert du vendredi, ARCTIC MONKEYS. La Classe. Alex Turner est devenu un véritable show man. Alors, c’est vrai on est loin de l’urgence adolescente du premier album, mais nous faisons partie de ceux qui estiment que leur rencontre avec Josh Homme (leader charismatique des QOTSA) les a fait basculer dans une autre dimension. Et puis ce « Do I Wanna Know » en ouverture, imparable.

 
Terminé pour le vendredi, hop, au lit.

 
SAMEDI


C’est avec le sublime concert de JUNIP qu’on redémarre:  un concert absolument lumineux. Tout simplement beau. Pas de hype bidon ici, simplement un groupe d’une justesse et d’une délicatesse inouïe. Junip était en sélection Fip l'année passée.

ALB, THEE OH SEES et CHEVEU se succèdent.

ALB est sympa, THEE OH SEES plutôt en forme, et CHEVEU joue. Heu…Fort… Ce qui n’est pas toujours suffisant, avouons le.

  • Ecoutez l'interview de ALB:
  • Regardez The Oh Sees jouer "I Come From The Mountain"

 

EMILIE SIMON, présente quand à elle une véritable création avec l’Orchestre National d’Île de France. Elle nous en a parlé, et vous pouvez voir ou revoir ce beau concert ici , et écouter son interview ci-dessous:

 

Un peu avant 21h00 PORTISHEAD monte sur scène. Et tout s’arrête. Magie. Le son est dingue. La voix de Beth Gibbons parfaite. On se fait complètement cueillir, puis aplatir par tant de beauté et de puissance à la fois. L’un des (très) grands moments du Festival.

Changement total d’ambiance dans la foulée avec FRANCOIS & THE ATLAS MOUNTAIN. Les garçons sont en plein milieu d’une longue tournée, et le groupe toujours aussi fou, beau et bondissant sur scène est impeccablement rodé. Plaisir perpétuellement renouvelé.

 

Enfin ceux qui on choisi de terminer leur soirée avec PRODIGY plutôt qu’avec ST. VINCENT peuvent se dire qu’ils ont fait un choix plus que regrettable (à moins d’être fan d’équarrissage sonore). 
Fin du Samedi.

DIMANCHE

Juste après avoir discuté avec Joel O’Keefe, le chanteur/guitariste d’AIRBOURNE.

 

C’est le Duo BLOOD RED SHOES qui nous accueille dimanche après-midi,  Une bonne mise en jambe.

Un petit tour par FEU ! CHATTERTON. Petit, le tour.
Et on reprend le fil du festival en abandonnant les tristounets CLOUD NOTHINGS pour les velus et excellents AIRBOURNE. Alors oui, c’est peut être le plus grand Tribute Band d’AC/DC sans un seul morceau d’AC/DC dedans, mais qu’est ce que c’est bon !!!

À peine le temps de profiter un peu de PETIT FANTÔME, qu’on aime toujours autant, et dont vous pouvez écouter l'interview:

WARPAINT débarque sur la scène de la cascade. Le Rock/Pop/Psyché/Ethéré des 4 californiennes est une merveille.  Il nous faut avouer un total manque d’objectivité concernant WARPAINT. Et puis tant qu’ « Elephant » est dans la set list. Une interview ci-dessous et à savourer en vidéo "To Live Is To Die"

TINARIWEN a totalement sa place dans un festival à dominante Rock, comme dans n’importe quel festival d’ailleurs. Qu’ils jouent pour un Live à FIP ou à Rock en Seine, c’est toujours la même transe qui s’empare progressivement du public, et l’emmène très, très haut. Retrouvez leur Live à Fip en vidéo.

Sinon, LANA DEL REY, son groupe et ses bandes étaient là aussi. Jolie robe rose. Elle a l’air de vraiment chanter par moment.  Voilà. Pas grand-chose de son aura sulfureuse, à revoir peut-être dans d’autres conditions.

Et puis, et puis.  QUEENS OF THE STONE AGE !!! 
mais avant un Gif de Brody Dale qui était également à l'affiche le dimanche

Dernier concert de l’énorme tournée (1 an et demi) « Like Clockwork », et là encore. la CLAQUE !!! On a beau les avoir vu un nombre incalculable de fois (la 4e sur cette tournée), QOTSA sur scène reste une expérience magnifique et puissante. Concert monumental d’un groupe au sommet.

Voilà, c’est tout pour cette année, on vous laisse aussi de belles photos et quelques interviews.
On n’a pas tout vu, on ne voulait et ne pouvait pas tout voir, mais on s’est régalé.

QOTSA RES2014

© Bruno Chabert

 

Commentaires