Christina Pluhar "Music For A While"

Album classique du mois
Music For A While

Fip et la Discothèque de Radio France vous présentent la sélection classique du mois d'avril: "Music for a While" de Christina Pluhar et l’Arpeggiata

Fip et la Discothèque de Radio France vous présentent la sélection classique du mois d'avril.
Avec Music for a While, Christina Pluhar et l’Arpeggiata illustrent  l’extraordinaire modernité de Purcell.
Leurs interprétations inspirées de la liberté d’improvisation du compositeur s’enrichit de l’expérience du jazz.

pulhar 2014

Un enregistrement étonnant où nous retrouvons les partenaires habituels de Christina Pluhar : les chanteurs Philippe Jaroussky, Raquel Andueza, Vincenzo Capezuto et Dominique Visse, ainsi qu’un ensemble d’invités venus du jazz. Music for a While nous plonge dans une atmosphère singulière où se rencontrent de merveilleux musiciens issus de tous bords qui ensemble, rendent un hommage improvisé à la musique de Purcell.
Magique !   

Music for a While, Christina Pluhar et l’Arpeggiata

Music for a While, Christina Pluhar et l’Arpeggiata © Radio France

La musique de Purcell a traversé les siècles sans prendre une ride et  a gardé tout son attrait pour le public contemporain. Elle a ainsi influencé  bien des compositeurs et interprètes,  dans le domaine classique  mais aussi  dans le jazz, le rock ou la musique de film.  C’est  la façon dont Purcell a eu recours à l’improvisation et à la basse obstinée qui a inspiré tant de musiciens contemporains.
En ce sens, la musique de Purcell convient tout particulièrement à l’esthétique de L’Arpeggiata, car les interprétations de Christina Pluhar ont toujours porté la marque de l’improvisation et du jazz. 
« Un moment rare de fête musicale. Depuis des années, par leur son jubilatoire, [Christina Pluhar et L’Arpeggiata] démontrent de la façon la plus convaincante que la musique ‘ancienne’ peut sonner de manière fraîche et intemporelle. Christina Pluhar ne reconnaît aucune frontière, aucune division entre les siècles. Pour elle, tout est musique. »
ECOUTEZ LA SELECTION CLASSIQUE:

Purcell a influencé la musique moderne; ses « grounds » ont inspirés bon nombre de musiciens pop, rock, jazz ainsi que les cinéastes. 
Pete Townshend (les Who) y puise son inspiration dans «I Can See for Miles» (1967), «Pinball Wizard» (1969) et «Won’t Get Fooled Again» (1971).  L’air «What power art thou » de son opera King Arthur fut le tube planétaire de Klaus Nomi, qui l’intitula «Cold Song » (l’air du froid) en 1981.  Sting inclut «Cold Song» dans son album If on a Winter’s Night, ainsi qu’Arielle Dombasle dans le sien, en 2013. Purcell a figuré dans les musiques de films : Wendy Carlos  adapta Music for the Funeral of Queen Mary dans Orange mécanique de Kubrick (1971). La Chute (2004) fait usage du « Lamento de Didon » et la musique de Pride and Prejudice (2005) de Joe Wright inclut «A Postcard  to Henry Purcell ».

 

 

Commentaires