Marc Copland "Better By Far "

- Innervoice Jazz
Album jazz de la semaine
Better By Far

Un an après l'album "Zenith", le pianiste de Philadelphie retrouve son fabuleux quartet et grave des compositions superbes magnifiées par une improvisation collective.

Maître dans l'art des innovations harmoniques et de la polyphonie rythmique, le poète du piano jazz Marc Copland est aussi un adepte de l'improvisation collective. Un goût pour ce jazz libre qu'il a exploré dès ses débuts sur les scènes de Philadelphie, en tant que saxophoniste, avec son ami Michael Brecker puis, à New york, avec le guitariste John Abercrombie au sein du Chico Hamilton Quartet. Il sort l'album Friends en 1973 au saxophone électrique et échange son saxophone contre le piano. Il repart presque à zéro et étudie à Washington où il peut jouer avec des musiciens de passage comme Randy Brecker, Bob Berg, Blue Mitchell ou Art Farmer. Il grave My Foolish Heart, son premier disque en tant que leader au piano, en 1988 sous le nom de Marc Cohen, nom qu'il changera en 1991 pour devenir Marc Copeland. Le jazzman a eu plusieurs vies artistiques, souvent en duo ou en trio, nourrissant toujours un peu plus son swing et sa vision poétique du jazz. 

En 2016, marc Copland fonde son propre label, Innervoice Jazz, sur lequel il sort Zenith, un album en quartet sur lequel il réunit Drew Gress (basse) et Joey Baron (batterie), compagnons de route au sein du quartet du regretté John Abercrombie (Baron & Copland se côtoyaient aussi dans le trio de Gary Peacock). Le quatrième musicien est le trompettiste et compositeur californien Ralph Alessi, adepte lui aussi de l'improvisation notamment avec le contrebassiste Drew Gress. Cette complicité des musiciens, parfaite pour l'univers de Copland, est évidente à l'écoute des neuf thèmes de l'album Better By Far. 

Outre une réappropriation de l’Évidence de Monk, les compositions toujours aussi fines et chargées de mystère du leader (sublime Better By Far, admirable Dark Passage), le quartet s'est lancé dans l'improvisation libre pour trois plages musicales, caractéristiques de la free form in jazz. Un jazz qui s'invente sans cesse, qui vit avec une fluidité, une énergie et un lyrisme rares.

Marc Copland

Marc Copland © Guido Werner

Commentaires