Shahin Novrasli "Emanation"

- Jazz Village
Album jazz de la semaine
Emanation

Pour son deuxième album, co-produit par Ahmad Jamal, le pianiste azéri nous invite à un voyage tumultueux et poétique à la croisée de l’Orient et de l’Occident.

Avoir Ahmad Jamal comme guide sur un album est déjà un gage de qualité en soi et à l'écoute des neuf titres de l'album Emanation on comprend tout l'intérêt que la légende du piano jazz a porté à ce pianiste quarantenaire qui n'avait sorti jusque là qu'un album Bayati, en 2014. Comme son aîné, Shahin Novrasli cultive le silence, la respiration dans sa musique, il fait danser les notes, conjugue un sens de la mélodie rare et une rythmique puissante et élégante. Le pianiste et compositeur originaire d’Azerbaïdjan est aussi un improvisateur hors pair, un art hérité de la tradition mugham, cette musique folklorique azérie de forme modale où l’improvisation est essentielle. Cette liberté d'écriture et d'interprétation prend toute sa dimension sur cet album où le swing, la musique classique et les musiques du Caucase dansent à l'unisson.

Né à Bakou en 1977, Shahin Novrasli a suivi un cursus typique de jeune pianiste classique virtuose, qui le voit dès l’âge de onze ans, se produire avec l’orchestre symphonique national au théâtre philharmonique d’Azerbaïdjan. Le pianiste et compositeur vit aujourd'hui à New York, mais c'est à Paris qu'il est venu enregistrer ce projet irrésistible accompagné par une poignée de complices virtuoses. Le trio étoilé de Shahin Novrasli est composé du contrebassiste James Cammack, fidèle musicien de Ahmad Jamal et de l’incontournable batteur français André Ceccarelli. Il est augmenté sur la plupart des titres du brillant percussionniste Erekle Koiva qui crée des atmosphères sonores venues d'Afrique ou de sa Géorgie natale. Le violoniste français Didier Lockwood vient enrichir cette musique aussi riche qu'innovante sur les titres Saga puis Ancient Parallel où il sublime les psalmodies vocales orientales de Shahin Novrasli. Comme son comparse arménien Tigran Hamasyan, Shahin Novrasli a su créer un langage musical unique où le lyrisme côtoie, avec la même passion, des rythmiques métisses et étourdissantes.

Le plus important c'est la musique. Quand je joue ou que j'écris, je ne pense pas au jazz ou au mugham, je ne pense à aucun style en particiler. La musique doit être beauté, amour. Shahin Novrasli

Shahin Novrasli est en concert le 20 mai au Festival Jazz à Saint-Germain-des-Prés

Shahin Novrasli / DR

Shahin Novrasli / DR

Commentaires