Giovanni Mirabassi "Live in Germany "

- Cam Jazz / Harmonia Mundi
Album jazz de la semaine
Live in Germany
Photo d'Andrea Boccalini

Le pianiste transalpin rend un hommage raffiné à Ella Fitzgerald, Mercedes Sosa et Edith Piaf.

En 2000, Giovanni Mirabassi parcourait avec fougue les hymnes de la liberté et les chants Partisans dans son premier album solo Avanti. En 2013, FIP se faisait écho de son cri de révolte Viva V.E.R.D.I, puis en 2015, de son album No way out en quartet. Aujourd'hui, le pianiste virtuose devenu parisien est en lumière sur nos antennes pour un nouvel opus Live in Germany

Giovanni Mirabassi / Photo d'Andrea Boccalini

Giovanni Mirabassi / Photo d'Andrea Boccalini

Le 16 septembre 2014 en Allemagne, dans le prestigieux auditorium des Studios Bauer de Ludwigsburg, réputé pour son acoustique irréprochable, Giovanni Mirabassi rendait un hommage vibrant à trois divas. Dans ce lieu où l’esprit de Miles Davis ou de Keith Jarrett plane encore, le concert en solo sur un Steinway D Grand Piano, fut magique et le public restait émerveillé par tant de lyrisme, d’élégance et d’enthousiasme.

Quelques morceaux choisis des répertoires d'Ella Fitzgerald, Mercedes Sosa et Edith Piaf furent l'occasion de saluer trois pays aux patrimoines sonores très différents : les Etats-Unis, l’Argentine et la France, son pays d'adoption. Est-ce un hasard si le pianiste pétri de lyrisme "à l'italienne" n'a choisi que des chansons qui parlent d'amour pour célébrer ces grandes dames au verbe haut ?
De Canción con todos à I've grown accustomed to her face, en passant par The man I love, l'Hymne à l'amour, Sólo le pido a dios, Mercedes, My old flame, J' m'en fous pas mal, Ella, Duerme mi tripón, Bewitched, Edith, le génie de la mélodie déploie son extrême sensibilité pour sublimer les mots de ses muses sur des partitions d'une richesse mélodique et rythmique jubilatoire.  

Giovanni Mirabassi / Photo d'Andrea Boccalini

Giovanni Mirabassi / Photo d'Andrea Boccalini

Né à Perugia en 1970, Giovanni Mirabassi est un autodidacte. Prix du meilleur soliste au Tremplin Jazz d'Avignon en 1996, Victoires du Jazz en 2002, Prix Django Reinhardt, Prix de l'Académie du Jazz... il est devenu au fil du temps un musicien incontournable de la scène européenne. Du Paris Jazz Festival, à l’Era Jazzu de Varsovie, en passant par le JVC Jazz festival de Paris, le Northsea Jazz Festival de Rotterdam, Mirabassi joue en quartet, en trio, en solo et en tant que sideman. Il collabore avec Michel Portal, Antoine
Hervé, Stefano Di Battista, Flavio Boltro, Rosario Giuliani, Andrzej Jagodzinskj, Fred Hersch, Henri Texier, André Ceccarelli, Toku, Leon Parker, Eliot Zigmund, Louis Moutin et tant d'autres.
Notons aussi sa collaboration avec le jeune chanteur Cyril Mokaiesh avec qui il réhabilite des auteurs et interprètes comme Philippe Léotard, Mano Solo, Allain Leprest, Reggiani, Vassiliu, Vyssotski ...nommés les Naufragés

Commentaires