Jowee Omicil "Let's BasH!"

- Jazz Village / PIAS
Album jazz de la semaine
Let's BasH!

Le souffleur poly-instrumentiste et surdoué surfe sur les groove planétaires avec bonheur.

Si ses racines sont à Haïti, Jowee Omicil est né à Montréal en 1977 entre les communautés haïtiennes et québécoises. Après avoir vécu au sein du riche tissu musical new-yorkais, il partage sa vie entre Miami et Paris, et il se pourrait bien qu'il aille poser quelques valises du côté de l'Afrique. Nourri par le jeu de ses maîtres - John Coltrane, Ornette Coleman, Sonny Rollins, Miles Davis, Wayne Shorter ou Kenny Garrett - son jazz nomade qui mêle les racines créoles au Hip-Hop, au gospel, à la soul et aux folklores du monde, se renouvelle au gré de ses rencontres. 

Je veux que le jazz redevienne populaire. Jowee Omicil 

De l'orchestre de l'église de son père pasteur au fameux Berklee College of Music de Boston, notre jeune virtuose ne pense et ne respire que par la musique. Plus tard il multiplie les collaborations avec des musiciens du monde entier, du Cameroun à la Martinique et à Cuba en passant par le Danemark et les Etats-Unis. Sa rencontre avec Ornette Coleman en 2008 et l'amitié qui s'en suivit furent déterminantes. Parmi ses belles collaborations, notons aussi celles avec Marcus Miller, Kenny Garrett, Roy Hargove, Richard Bona, Pharoah Sanders…

Jowee Omicil - Photo d' Adrienne Grunwald

Jowee Omicil - Photo d' Adrienne Grunwald

Son nouvel opus, Let's basH, baptisé ainsi en clin d'oeil aux bash parties (fêtes joyeuses outre-Atlantique) rassemble des artistes aux cultures diverses. Pour vivre cette aventure fraternelle, notre clarinettiste, saxophoniste, flûtiste et harmoniciste virtuose s'est entouré d'excellents et généreux musiciens : le Guadeloupéen Jonathan Jurion (claviers), le Libérien Kona Kahsu (basse), les Camerounais Jendah Manga (basse) et Conti Bilong (batterie), les Martiniquais Michel Alibo (basse), Emmanuel Bertholo Tilo (batterie), Justwody Cereyon (basse), le Guyanais Jean-Phi Dary (claviers), le Serbe Nenad Gajin (guitare), le Canadien Jeffrey Deen (percussions). L'enregistrement s'est fait en 5 jours très denses à Pernes les Fontaines, au Studio de La Buissonne, la fabrique d'émotions de Bernard de Haro, une référence incontournable pour de très nombreux musiciens.

"Nous avons enregistré plus de quatre-vingt morceaux. Le dernier jour, on a même fait une suite de plus de deux heures à partir de minuit, non stop ! "

Let's basH est un voyage de l'esprit ouvert au funk, aux musiques latines, caribéennes, nord-africaines, orientales, au jazz populaire d'antan, à la poésie de Charlie Chaplin, à la bohème de Charles Aznavour, à Jay-Z, ou encore le cap-verdien Luis Morais. Jowee qui est aussi croyant, s'emploie à lancer des passerelles entre tous ces mondes inspirants. 

“L’album est un voyage multidirectionnel, notamment dans des pays que j’ai déjà foulés, et d’autres imaginaires. Il y a une telle diversité de sons dans ma musique, c’est ce que je voulais présenter avant tout. Le voyage est, pour moi, fondamental.”  Jowee Omicil

 

En concert : 

Le 15 mai à l'Université Paris Sorbonne à 20h30 dans le cadre du Festival Jazz à Saint-Germain - Paris
Le 7 juillet dans le cadre du Festival Jazz à Vienne
Le 7 août à Jazz en Baie au Mont Saint-Michel 

Commentaires