Till Brönner "The Good Life"

- Sony Music
Album jazz de la semaine
The Good Life

La star du jazz allemand revient en quintet avec un album de reprises intime et sensuel. Le trompettiste et crooner renoue ainsi avec la tradition des Great American Songbook.

Depuis son premier album "Generations of Jazz", enregistré en 1993 avec Ray Brown, Till Brönner rayonne sur le jazz allemand et européen avec sa faculté de se plonger dans des univers toujours changeants (bebop,jazz fusion, pop, electro, musique de film, jazz brésilien). L'insaisissable trompettiste et chanteur a joué avec les plus grands noms du jazz : Dave Brubeck, James Moody, Monty Alexander, Aki Takase, Joachim Kühn, Natalie Cole, Tony Bennett, Johnny Griffin, Nils Landgren, Al Foster, Madeleine Peyroux, Melody Gardot, Milton Nascimento ou Hugh Masekela. Pour son premier album chez Sony, "The Good Life", Till Brönner a décidé de renouer avec la tradition des "Great American Songbook", livrant ainsi son projet le plus personnel. 

Si l'album comprend deux de ses compositions "Her Smile" et "The Good Life", l'artiste démontre ici tous ses talents d'arrangeur et de crooner en faisant revivre magnifiquement des standards comme "On Sweet Lorraine", "For all we know", "I Loves You Porgy" ou "I’m Confessin’ (that I Love You)". Ces classiques du jazz américain, rendus célèbres par les interprétations de Frank Sinatra, Billie Holiday ou Nat King Cole, renaissent avec élégance, soutenus par une section rythmique de rêve composée de John Clayton à la contrebasse, Anthony Wilson à la guitare, Larry Goldings au piano et Jeff Hamilton à la batterie.

C'est le classicisme de l'album qui m'a séduit, pas de surprise mais un répertoire très bien défendu avec décontraction et élégance dans la grande tradition des instrumentistes chanteurs. Idéal pour ceux qui auraient peur de s'approcher du jazz, la suavité de Brönner comme trompettiste et chanteur (avec quelques accents de Bob Dorough) ne devrait pas les effaroucher. Idéal aussi à découvrir au coeur de l'été, sur FIP. Laurent Valero, Programmateur au Club Jazzafip

Commentaires