Lord Echo "Harmonies"

- Soundway
Harmonies

Le producteur underground arrange et mélange les genres dans un album qui sonne juste.

On prend du reggae, du rocksteady, de la disco, de la soul Africaine, un peu de techno, on mélange le tout et on saupoudre de jazz spiritual… C’est ainsi qu’on obtient la recette magique de Harmonies. Cette formule, le multi-instrumentiste Lord Echo l’a obtenu après trois années de vie en isolation dans une zone industrielle perdue dans un coin de la Nouvelle-Zélande. Durant cette période parfois difficile, il construisit lui-même son studio World of Sound pour donner forme à cet album.
 
La sauce Lord Echo, c’est une musique répétitive qui fusionne les genres. Une fois que les boucles sont bien définies, elles reviennent encore et encore et les changements sont progressifs. La signature du son se trouve dans le dialogue permanent qui prend place entre la basse et les cuivres, interrompu çà et là par des rythmes de guitare funky. La voix structure certaines des chansons, et l’echo (Lord Echo signifie « le seigneur de l’écho) vient harmoniser l’ensemble dans ce qui s’apparente à des nappes sonores. 
 

"I love music, just as long as it’s groovy." C’est ce qu’on peut entendre dans la voix de Lisa Tomlins ("J’adore la musique, tant qu’elle est groovy") dans la dernière chanson I Love Music. Pas de problèmes, "groovy" est peut-être l’un des rares qualificatifs qui peut englober toute la musique de Harmonies. Niveau collaborations, Mara TK, du groupe Electric Wire Hustle, vient aussi prêter sa voix soul pénétrante sur trois titres. Toby Laing de Fat Freddy’s Drop, quant à lui, vient poser sa voix aérienne sur Note From Home. Côté instruments, c’est notamment la présence du saxophoniste Lucien Johnson qui se fait remarquer.
 
Harmonies s’inscrit dans la lignée de ses deux précédents albums Melodies (2010) et Curiosities (2013), et présente des similarités avec eux qui vont au-delà du nom. Et cela, en effet, n’a rien d’une coïncidence :

Quand j’ai commencé la conception de ce projet, je me suis demandé s’il serait possible de faire le même album trois fois, surtout parce que je pensais que ce serait marrant, et aussi parce que les gens veulent toujours faire quelque chose de différent, alors pourquoi ne pas essayer l’opposé ? Voilà pourquoi mes trois albums ont le même genre de couverture, le même genre de nom, et pourquoi les mêmes artistes sont dessus. Lord Echo
 

Lord Echo 585

Commentaires