TootArd "Laissez passer"

- GlitterBeat Records
Laissez passer

Entre blues saharien, rock psyché et groove ska-reggae : le nouvel album de TootArd propose un voyage musical au-delà des frontières.

On se souvient du groupe de Rachid Taha dans les années 1980, Carte de Séjour, qui faisait allusion à la condition des migrants maghrébins en France, des résidents non-citoyens dans l’entre-deux administratif. De la même manière, c’est un statut réglementaire qui sert de nom à l’album du groupe TootArd. Originaires du plateau du Golan, une région sous contrôle israélien depuis 1967, ils n’ont ni citoyenneté ni passeport, juste un laisser-passer en guise de document officiel, d’où ce nom plus qu’approprié.
 

TootArd

Les deux frères fondateurs du groupe Hasan et Rami Nakhleh ont grandi avec la musique arabe classique et sont influencés dans leur jeunesse par le reggae de Bob Marley. Leur ouverture musicale se poursuit après la découverte de Tinariwen, qui a porté la voix du mouvement de résistance touareg dans les années 1990, un autre peuple sans nation. Puis les voyages les mènent à Jérusalem, en Palestine, puis en Europe. Finalement, ces heimatlos ont façonné leur identité dans la musique, en créant des ponts entre Moyen Orient et Afrique de l’Ouest. En résulte un blues touareg chanté en arabe, teinté de rythmes roots reggae et de rock psyché, un métissage culturel et musical cristallisé dans leur deuxième album.
 

Les jeunes musiciens nous plongent dans des rythmes ancestraux aux caractères hypnotiques. Musique nomade, on passe du blues touareg au ska sur Nasma Jabalyia, au psychédélisme sur Roots Rock Jabali. Nakhleh rajoute à sa guitare des frettes pour la faire sonner comme un oud. On oscille entre des élans puissants sortis des grands espaces désertiques et des riffs plus intimistes à l’écoute de Syrian Blues. Affranchis des frontières entre les genres musicaux, les TootArd ont compris que des lignes tirées par d'autres sur des cartes pouvaient être franchies.

Leur album est sorti le 10 novembre sur le label GlitterBeat Records.
 

Commentaires