Akalé Wubé "Sost"

- Clapson
Sost
© DR

Akalé Wubé revient avec "Sost" un troisième album plus riche, toujours plongé dans les musiques éthiopiennes ce nouveau disque accueille: Manu Dibango

En 6 ans d’existence, Akalé Wubé n’a cessé d’élargir le cadre où se déploie sa musique, de plus en plus riche et profonde, à l’image de sa source d’inspiration première : le répertoire populaire éthiopien des années 60 et 70. A l’origine rassemblé autour de reprises de la série "Ethiopiques", le groupe a grandi en s’immergeant profondément dans les musiques d’Éthiopie et en multipliant les collaborations avec des musiciens et danseurs éthiopiens, africains et européens. Peu à peu, les quelque deux cents concerts d’Akalé Wubé en Europe, en Asie et en Afrique en ont fait l’un des ambassadeurs mondiaux du groove éthiopien.

Akale Wube

© DR

Plus de la moitié des titres de Sost sont des compositions originales, l’autre moitié comportant des reprises de chansons dégotées, pour certaines, sur d’antiques cassettes audio rapportées d’Ethiopie. Sur trois titres, Akalé Wubé a invité la radieuse Genet Asefa, chanteuse avec qui il a souvent partagé la scène. Soucieux de privilégier les rencontres authentiques, le groupe a fait le choix de n’inviter sur l’album que des musiciens avec lesquels il a déjà joué en live. La présence de Manu Dibango sur l’album n’a ainsi rien d’opportuniste : entre le pionnier de l’afro-jazz et Akalé Wubé se sont tissés de vrais liens d’amitié musicale et humaine. Autre signe de cette salutaire exigence, l’album a été enregistré dans un studio créé par le groupe lui-même, au cœur de Paris. Un territoire qu’Akalé Wubé a fait sien et qui lui a permis de maîtriser intégralement le processus de création de ce disque.
Loin de l’hommage dévot ou de la copie surannée, Sost est l’album dans lequel l’éthio-groove se régénère et renaît sous toutes ses formes.

Commentaires