Tricky "Ununiform"

- False Idols/!K7
Ununiform

Le vétéran du trip-hop anglais renoue avec le passé dans un nouvel album qui multiplie les collaborations.

Sans uniforme, Tricky ? Le producteur n’a à vrai dire jamais été un grand fan du conformisme, vestimentaire ou pas. Pour son 13e disque publié le mois dernier, l’icône de Bristol semble avoir voulu brouiller les pistes comme jamais, entre références au passé et productions d’aujourd’hui. En juillet dernier, il dévoilait When We Die, un titre composé avec Martina Topley-Bird qui évoquait immédiatement son premier album publié en 1995. Maxinquaye fut un disque émancipateur pour le MC anglais qui y déploya son audace dans un univers sonore enfumé entre électro expérimentale et hip-hop downtempo. Un disque porté surtout par la voix instinctive de Topley-Bird qui offrit sa griffe à quelques grands hits tels Aftermath ou Black Steel.

Enregistré à Berlin, ununiform a été également conçu à Moscou et compte les featuring de plusieurs rappeurs russes dans ses crédits. Mais aussi ceux de l'actrice Asia Argento et de Francesca Belamonte avec laquelle Tricky avait déjà travaillé pour False Idols en 2013. A l’écoute, le résultat est plus qu’hétéroclite, même s’il ne manque pas de bonnes idées. Difficile de faire le lien entre un Same as It ever Was boosté à la trap et ce magnifique New Stole aux effluves gospel porté par la voix Francesca Belmonte.

Que dire aussi de Doll, reprise de Hole où la chanteuse californienne Avalon Turk mime Courtney Love dans un hommage étrange dont Tricky est notoirement absent. Avec un seul titre sans invité (The Only Way), le MC anglais semble avoir dispersé son inspiration dans la mise en musique d’un album quasiment collectif où la fulgurance le dispute au vagabondage. Et pourtant, quelle réussite que ce sombre When We Die où la voix de Martina Topley-Bird éclaire de nouveau celle de Tricky, ici plus reptilienne que jamais. Et du tendre Wait For Signal où le chant d’Asia Argento agit comme une ombre portée sur le murmure typique du MC. Sans uniforme et sans fil rouge, Tricky demeure bel et bien insondable.

Commentaires