Les titres scandaleux, c'est Magnifip
© Catherine Carette

Le 25 octobre à 20h, C’est Magnifip ! explore la musique en tant que vecteur idéal d’expression, de transgression. Qu’ils soient synonymes de révolte ou de provocation, qu’ils apaisent ou attisent les mœurs, les titres scandaleux s'égrènent sur notre partition.

Fip explore un nouvel itinéraire et donne rendez-vous chaque mardi à 20h aux auditeurs pour une nouvelle échappée musicale. Une émission animée par Emilie Blon-Metzinger et réalisée par Massimo Bellini.

Mardi 25 octobre de 20h à 22h, la programmation musicale de Luc Frelon vous baladera des titres les plus engagés aux plus osés en toute impunité, du Lucy in the sky with diamonds des Beatles au God save the Queen des Sex Pistols en passant par Le Gorille de Brassens, Les nuits d'une demoiselle de Colette Renard ou encore Darling Nikki de Prince. 

" Quand je dis merde, il y a des fleurs autour " disait Brassens

A l'époque de l'ORTF, un comité d'écoute sévissait et vérifiait la bonne tenue des propos des chansons avant leur diffusion. Les disques de Georges Brassens étaient censurés pour obscénité ou antimilitarisme. En 1953, Le Gorille, pourtant remanié, est interdit d'antenne. Il passera le mur du son en 1955 sur Europe 1.

Plus tard, La complainte des filles de joie (1961) fit scandale. Brassens y prend la défense des prostituées que "ces vaches de bourgeois appellent des filles de joie".  Elles lui adressent une lettre de remerciements pour ses belles chansons qui les aident à vivre. Se méfiant de tout ce qui peut entraver la liberté individuelle, Brassens tourne en dérision le culte des héros morts pour la patrie et dénonce l'absurdité de l'engagement. La guerre de 14-18, Les Deux Oncles, La Tondue et bien d'autres firent scandale. Avant lui, dans une France puritaine, Les Frères Jacques ont collectionné les chansons interdites comme Les Petits cabinets de provinces, jugée trop scatologique, La gavotte des bâtons blancs, irrespectueuse envers la police, Quelqu'un, poème de Prévert sur une musique de Joseph Kosma ou encore Général à vendre, de Francis Blanche, censurée en 1954 :

Léo Ferré, l'anarchiste, fossoyeur des bonnes moeurs, n'a jamais cédé sur ses convictions et ses droits. En avril 1961, il enregistre huit chansons destinées à paraître sur un 33 tours - 25cm. Elles sont censurées par la maison de disques Barclay. Il s’agit de Miss Guéguerre, Les Rupins, Thank you Satan, Les 400 coups, Pacific Blues, Regardez-les, Mon Général et La Gueuse. Le disque est interdit à la publication et le pressage est détruit. Il n’en restera qu’un 45 tours avec Les Rupins, Miss Guéguerre, Les 400 coups, Thank you Satan :

Fidèle à ses engagements, Jean Ferrat ne chante pas pour passer le temps. Il fera aussi les frais de la censure avec ses textes jugés trop politiques. Nuit et brouillard, du nom de la directive nazie de 1941 sur les camps de concentration, est un hymne aux déportés "qui traversent la nuit de leurs ongles battants". Fils d'un juif russe mort à Auschwitz, Ferrat n'oublie pas mais la chanson est déclarée " inopportune ", car la France est en pleine réconciliation avec L’Allemagne. (On se rappelle que le film du même nom d’Alain Resnais en 1956 avait eu le même sort). Potemkine (1965) puis Ma France (1968) sont interdites d'antenne. Ferrat refusera de repasser à la télévision sans sa chanson. Deux ans plus tard, c'est Yves Mourousi qui passera un extrait de Ma France

Certaines chansons jugées choquantes pour passer sur la radio d'Etat, n'étaient pas totalement interdites d'antenne mais ne pouvaient y passer avant 22h. Ce fut le cas de L'amour avec toi (1966) de Michel Polnareff. La BBC, encore plus prude, ne supporte pas les paroles dites "perverses" écrites par Syd Barrett, du premier 45 tours des Pink Floyd, Arnold Lane (1967). Les radios pirates s'en emparent et la chanson se classe dans le Top 20.  

L'establishment britannique est à nouveau malmené par les Sex Pistols qui chantent "God save the Queen" en 1977, un brûlot antimonarchique alors que la reine Elisabeth II fête son jubilé d'argent. Les grandes radios comme la BBC boycottent le titre qui eût néanmoins l'immense succès que l'on sait. 

Dans le registre de la provocation, cette fois plutôt sexuelle, on trouve en bonne place la sulfureuse Madonna et son titre Like a virgin (1984). Lorsque son clip de Like a prayer sort en 1989, l’Amérique chrétienne crie au scandale et les associations familiales dénoncent un encouragement au sexe avant mariage. A la vue de ces croix enflammées et des stigmates sur les mains de la chanteuse embrassant un Christ noir, l'Amérique tombe dans les pommes. En 1992, la star de la pop dévoile ses fantasmes dans l'album Erotica, agrémenté d'un recueil de photos très Sex. "Je vais vous apprendre à baiser." annonce t-elle. Le clip du titre Erotica est censuré aux Etats-Unis : 

Gainsbourg jongle lui aussi avec les thèmes qui choquent, comme dans Je t'aime moi non plus, qui raconte le va et vient de la relation sexuelle et la souligne avec des râles suggestifs. Après Brigitte Bardot, c'est Jane Birkin qui la chantera mais elle est censurée sur les radios italiennes, suédoise, espagnoles. En 1979, il réécrit la Marseillaise de Rouget de Lisle, l'enregistre façon reggae, à Kingston et la nomme Aux armes et caetera. En 1985 il chante Lemon incest avec sa fille Charlotte. « L’amour que nous ne ferons jamais ensemble est le plus beau, le plus violent, le plus pur, le plus enivrant ». 

Citons encore Brigitte Fontaine, l'éternelle artiste fantasque de la chanson française, dérangeante pour certains, géniale pour d'autres, qui se fait anticléricale dans Au diable Dieu, pour dénoncer les religions poison et se dévoile en paria, tricheuse dans Crazy Horse (clip réalisé par Enki Bilal) : « Camisole de force, relookée façon Crazy Horse. je m’appelle Lola, je suis une paria… » ; « J’aime les forts gaillards, leur pieu de Trafalgar. Lolitas sans vergogne, aux jambes de cigogne… ». Cerise sur le gâteau de l'humour et de la provocation, terminons par cette vidéo tellement drôle, prise au Trianon à Paris en 2000 où avec Arthur H, elle chante Je t'aime, moi non plus :  

Programmation musicale

20h01 : THE BEATLES - Lucy In The Sky With Diamonds
20h04 : TOM PETTY - You Don T Know How It Feels
20h09 : THE ROLLING STONES - Brown Sugar
20h17 : FRANCIS LOCKWOOD - All Along The Watchtower
20h18 : BILLIE HOLIDAY - Strange Fruit
20h21 : VAN MORRISON - Brown Eyed Girl
20h24 : GUNS N ROSES - One In A Million
20h30 : THE CURE - Killing An Arab
20h32 : ADRIANO VITERBINI - Mondo Slack Key
20h35 : THE KINGSMEN - Louie Louie
20h39 : NIRVANA - Rape Me
20h42 : YARON HERMAN - Heart Shaped Box
20h45 : COLETTE RENARD - Les Nuits D Une Demoiselle
20h47 : CHUCK BERRY - My Ding A Ling
20h51 : LORETTA LYNN - The Pill
20h53 : THE METERS - The Look Of Love
20h57 : DONNA SUMMER - Love To Love You Baby
21h00 : ROBIN THICKE - Blurred Lines
21h05 : PRINCE - Darling Nikki
21h10 : NINE INCH NAILS - Closer
21h22 : JUSTICE - Stress
21h26 : RAGE AGAINST THE MACHINE - Take The Power Back
21h27 : THE PRODIGY - Smack My Bitch Up
21h31 : RAGE AGAINST THE MACHINE - Take The Power Back
21h32 : M I A - Born Free
21h36 : SERGE GAINSBOURG - Aux Armes Et Caetera
21h39 : BEASTIE BOYS - Lighten Up
21h42 : SEX PISTOLS - God Save The Queen
21h45 : N.W.A - Fuck Tha Police
21h51 : NTM - Police
21h55 : BRUCE SPRINGSTEEN - American Skin

Commentaires