Certains l'aiment Fip : Elvis Presley à Hollywood
Elvis Presley dans "Jailhouse Rock" (1957)/Metro-Goldwyn-Mayer/Sunset Boulevard/Corbis

A l’occasion du 40e anniversaire de la disparition du King, FIP fait danser les bandes originales de la filmographie d'Elvis Presley, mercredi à 20h.

FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de BO. FIP vous plonge dans cet univers musical cathodique. Une émission présentée par Susana Poveda, réalisée par Denis Soula et mise en musique par Louis Victor.

Être le king du rock ne suffisait pas à Elvis Presley, il voulait être acteur suivant ainsi la trace de Marlon Brando ou de James Dean. En 1956, il tourne son premier film Le Cavalier du crépuscule. Poussé par son imprésario, le Colonel Parker, il accepte à contre-coeur d'y chanter son hit Love me tender qui deviens le titre original du film. Elvis a été à l'affiche de trente et un longs-métrages en seulement douze ans et est vite devenu l'un des acteurs les mieux payés d'Hollywood. Si ses films ont connu un grand succès à l'époque, la plupart furent des produits commerciaux dont la seule vraie valeur aujourd'hui est les bandes originales.

Il reste tout de même une poignée de films, tournés avec de grands réalisateurs à commencer par son meilleur King Creole de Michael Curtiz (1958), mais aussi Les Rôdeurs de la plaine (Flaming Star) de Don Siegel (1960) sur lequel le King ne chante pas jusqu'au générique de fin, L'Idole d'Acapulco (Fun in Acapulco) de Richard Thorpe (1963), L'amour en quatrième vitesse (Viva Las Vegas) de George Sidney (1964) son plus gros succès au box office ou  Charro de Charles Marquis Warren (1969). Dans Le Rock du bagne (Jailhouse Rock) de Richard Thorpe (1957), la scène de danse chorégraphiée par le king lui même reste culte.;

Le King est éternel et le cinéma l'a bien compris, les réalisateurs continuent d'entretenir le mythe parsemant leurs musiques de films de covers de ses hits. Young and Beautiful par Aaaron Neville, Blue Moon par Julee Cruise, His Latest Flame par les Smiths, Plaisir d'amour par Rina ketty et Can't help falling in love (reprise de Plaisir d'amour) par Chris Isaak, Love me tender par Norah Jones... En scènes fictives (Walk the Line, Elvis and Nixon), images d'archives (Forrest Gump) et apparitions fantomatiques (True Romance), Elvis Presley est toujours vivant dans le 7ème art.

Programmation musicale

20h01 : JOHN HARTFORD - Aura Lee
20h02 : BIRELI LAGRENE - Love Me Tender

Commentaires