Certains l'aiment Fip : Stanley Kubrick
Stanley Kubrick sur le tournage de "The Shining" en 1980 / Michael Ochs / Warner Bros / getty

Mercredi 5 avril à 20h, FIP vous embarque dans une folle odyssée à travers l'univers musical du génial cinéaste.

FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de BO. En explorant les partitions d’un cinéma sensible au son et aux vibrations, FIP propose un puzzle impressionniste jouant sur l’émotion et les sensations. Une émission présentée par Susana Poveda, réalisée par Denis Soula et mise en musique par Luc Frelon.

Les Sentiers de la gloire, Lolita, Docteur Folamour, 2001, l’Odyssée de l’espace, Orange mécanique, Barry Lyndon, Shining, Eyes Wide Shut… 13 films. 13 piliers du 7e Art. Méticuleux, ambitieux, génial, le cinéaste était un vrai visionnaire. Il a marqué de son empreinte tous les genres auxquels il s’est frotté, livrant à chaque fois le film définitif sur la question. Si Stanley Kubrick était un amoureux du jazz, il a pourtant utilisé le genre avec parcimonie dans ses films, lui préférant la musique classique ou contemporaine qu'il a parfois fait réorchestrer pour les besoins de son discours narratif. Au fil de son oeuvre, Kubrick a profondément bouleversé la manière d'utiliser la musique dans le cinéma, à tel point que certaines grandes pièces classiques semblent avoir été composées pour ses films. La musique exprime un sentiment, devient un personnage, un élément incontournable du film et pour le journaliste  Antoine Pecqueur, auteur des Ecrans sonores de Stanley Kubrick, "Les films de Kubrick servent la musique, plus que la musique sert ses films". 

Retrouvez dans cette playlist quelques grands thèmes de l'univers de Stanley Kubrick ►► 

Au début de sa carrière, de 1953 et 1968, Stanley Kubrick va utiliser de manière traditionnelle des musiques originales et faire appel à plusieurs compositeurs : Gerald Fried pour Fear and Desire, Killer's Kiss, The Killing et Les Sentiers de la gloire), Alex North pour Spartacus, Nelson Riddle sur Lolita et Laurie Johnson pour DR Folamour. Le changement se fait en 1968 sur 2001, l'Odyssée de l'espace, la composition de la musique prévue (d'Alex North) ayant du retard, Kubrick utilise, contre l'avis des producteurs, Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss, Le Beau Danube bleu de Johann Strauss. Requiem, Lux Aeterna, Atmospheres, Adventures de György Ligeti. Sa façon d'intégrer cette musique classique comme un élément essentiel de la narration continue d'inspirer les réalisateurs d'aujourd'hui.

À moins que vous ne vouliez de la musique pop, il est vain d'employer quelqu'un qui n'est pas l'égal d'un Mozart, d'un Beethoven ou d'un Strauss pour écrire une musique orchestrale. Stanley Kubrick

Malcolm McDowell dans le film Orange Mécanique (A Clockwork Orange)

Malcolm McDowell dans le film Orange Mécanique (A Clockwork Orange)

Stanley Kubrick réussit le tour de force de moderniser quelques grands airs classiques comme sur Orange Mécanique où il fait appel à Wendy Carlos (anciennement Walter Cros) pour une version électronique inoubliable de la 9e symphonie de Ludwig van Beethoven ou l'Ouverture de Guillaume Tell de Gioacchino Rossini. Dans le même film le réalisateur joue avec nos nerfs en utilisant le standard Singin' In the Rain de Gene Kelly dans une des scènes les plus violentes de A Clockwork Orange. Chaque film est un témoignage inaltérable de son époque et le cinéaste va utiliser des musiques correspondant au contexte historique de l'histoire comme sur Full Metal Jacket où il utilise la musique des Rolling Stones, Johnny Wright, Nancy Sinatra, Sam the Sham & the Pharaohs et The Trashmen. Pour Barry Lyndon, il propose les oeuvres d'Haendel et sa fameuse Sarabande, Antonio Vivaldi, Jean-Sébastien Bach et quelques airs traditionnels irlandais interprétés par The Chieftains.

Un film est, ou devrait-être, beaucoup plus proche de la musique que du roman. Il doit être une suite de sentiments et d’atmosphères. Le thème et tout ce qui est à l’arrière-plan des émotions qu’il charrie, la signification de l’œuvre, tout cela doit venir plus tard. Stanley Kubrick, 1964

Pour le terrifiant Shining, Kubrick fait appel à Wendy Carlos et Rachel Elkind pour la musique originale (Rocky Mountains). Il utilise aussi le répertoire contemporain de Penderecki, Ligeti ou Bartók ainsi que le jazz des années folles de Jack Hilton, Ray Noble et Henry Hall. Dans le dernier film du réalisateur, Eyes Wide Shut, tous les genres musicaux semblent se croiser avec Chris Issak, Ligeti, Liszt, Chostakovich, The Oscar Peterson Trio, Brad Mehdau et la musique originale de Jocelyn Pook.

Retrouvez les bandes-annonces des films de Kubrick dans cette playlist :

A lire aussi : "Stanley Kubrick et la musique" d'Elizabeth Giuliani =>

A lire aussi : La Musique dans l’oeuvre de Stanley Kubrick sur Cinézik =>

Programmation musicale

20h00 : BO/2001 L ODYSSEE DE L ESPACE - Also Sprach Zarathustra
20h02 : MOGWAI - Stanley Kubrick
20h05 : ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE BERLIN - 2001 L Odyssee De L Espace
20h15 : JOHNNY WRIGHT - Hello Vietnam
20h19 : THE ROLLING STONES - Paint It Black
20h23 : ABIGAIL MEAD - Time Suspended
20h30 : SAM THE SHAM AND THE PHARAOHS - Wooly Bully
20h32 : BO/LOLITA - Lolita Ya Ya
20h40 : SERGE GAINSBOURG - Les Sucettes
20h49 : SINEAD O
20h52 : JOCELYN POOK - Masked Ball
20h55 : ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE BERLIN - 2001 L Odyssee De L Espace
21h04 : CHRIS ISAAK - Baby Did A Bad Bad Thing
21h07 : BRAD MEHLDAU - Blame It On My Youth ?
21h13 : JOCELYN POOK - Masked Ball
21h17 : GENE KELLY - Singin In The Rain
21h21 : WALTER CARLOS - 9eme Symphonie Extrait 2eme Mouvement
21h24 : COMING SOON - Jack Nicholson Style
21h29 : WENDY CARLOS - Rocky Mountains
21h37 : THE TRASHMEN - Surfin Bird
21h41 : GUI DJANGO REINHARDT - Echos De France
21h46 : - Spartacus
21h52 : TERRY CALLIER - Love Theme From Spartacus

Commentaires