Les musiques de Chantal Akerman
Chantal Akerman au Festival de Toronto (2004) / Donald Weber/Getty

FIP met en musique l'oeuvre de la cinéaste belge Chantal Akerman à l'occasion de la rétrospective que lui consacre la Cinémathèque Française.

FIP met le cinéma sur écoute et invite les auditeurs à une balade dans l’imaginaire musical d’un cinéaste, d’un genre ou d’un compositeur de BO. Mercredi 17 janvier à 20h, FIP vous plonge dans cet univers musical cathodique. Une émission présentée par Susana Poveda, réalisée par Denis Soula et mise en musique par Christian Charles.

Héritière de la Nouvelle Vague et figure de proue du cinéma moderne en Europe, la cinéaste belge Chantal Akerman nous a quittés brutalement le 5 octobre 2015, laissant une empreinte indélébile dans le cinéma contemporain. Elle a été une des rares réalisatrices dans la génération des Philippe Garrel, Jacques Doillon, Rainer Fassbinder ou Werner Schrœter. Profondément humaniste et formidable conteuse réaliste, Chantal Akerman filmait comme personne avec ses longs plans fixes et ses lents travellings, expérimentait toujours, que ce soit dans une comédie musicale (Golden Eighties, 1986), une comédie romantique (Un divan à New York, 1996), dans son chef-d'œuvre hyperréaliste Jeanne Dielman, 23, quai du Commerce, 1080 Bruxelles (1975), ou dans ses adaptations de Proust (La Captive, 2000) et Conrad (La Folie Almayer).

Depuis ses débuts au cinéma à dix-huit ans avec Saute ma ville (1968), un hommage à Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, Chantal Akerman filmait la liberté et la condition humaine dans le temps, comme un journal filmé, de New-York à Bruxelles ou Phnom Penh, en passant par le sud des États-Unis, Paris, l'Europe de l'Est, l'Allemagne ou Tel-Aviv. Elle célébrait les arts contemporains ou ceux de la danse (Un jour, Pina a demandé), et mettait en scène son oeuvre dans des installations vidéo.

Chantal Akerman a longtemps refusé de mettre ses films en musique avant de rencontrer la violoncelliste et compositrice américaine Sonia Wieder-Atherton et de lui confier les BO de plusieurs de ses films. La cinéaste filmera d'ailleurs plusieurs concerts de la musicienne et sortira Avec Sonia Wieder-Atherton en 2003 puis À l'Est avec Sonia Wieder-Atherton en 2009. Chantal Akerman a aussi fait appel au compositeur Marc Hérouet pour Golden Eighties.

Commentaires