Club Jazzafip: la fabuleuse histoire du label Chess Records
Leonard Chess - Best of Chess records

Vendredi 30 Décembre, Hugh Coltman revisite l’histoire de Chess Records, le mythique label Blues, Soul et Jazz de Chicago qui jeta les premier pavés du Rock’n’Roll dans les années cinquante et soixante.

Tous les soirs du dimanche 25 au samedi 31 décembre, Hugh Coltman sera aux commandes du Club Jazzafip, de 19h à 20h, avec Jane Villenet, pour fêter la fin de l'année 2016 sous le signe du jazz. Ce Vendredi, le duo revient sur l'histoire du Label de blues Chess Records. 

L’histoire de Chess Records démarre lorsque deux émigrés polonais, Phil et Leonard Chess, débarquent à Chicago en 1928. Léonard Chess décide en 1938 d’ouvrir un club dans le quartier noir de la ville : le Macomba Lounge. Un lieu où vient se produire tout une flopée de musiciens blues, arrivés dans cette capitale industrielle alors en plein essor en quête de liberté et de fortune. Léonard Chess saisit l’opportunité de cette nouvelle musique et reprend avec son frère Phil le label Aristocrats Records qu’ils rebaptisent «Chess Records» en 1950. Ils se lancent dans une aventure qui donnera à la musique blues ses lettres de noblesse et marquera les débuts du Rock’n’Roll.

Phil Chess, Muddy Waters, Little Walter et Bo Diddley. Chess Records

Phil Chess, Muddy Waters, Little Walter et Bo Diddley. Chess Records

Chess records consacre les pionniers que sont Muddy Waters, Little Walter son harmoniciste, Jimmy Rogers, Bo Diddley ou encore Chester Burnette, alias Howlin’ Wolf, qui représentent la première vague du blues de Chicago. A l’époque, le label est en première place pour observer le passage de cette musique ancestrale à l’électricité et aux amplificateurs. La maison bénéficie en outre de l'apport immense du contrebassiste Willie Dixon. Faisant office de véritable directeur artistique, ce dernier supervise les séances d’enregistrement, compose et écrit régulièrement les arrangements pour les musiciens. Chess record lancera également des artistes comme Chuck Berry, Etta James, Buddy Guy et John Lee Hooker. Pendant ses années actives, jusqu’en 1975, la maison gravera dans le vinyle quelques éternels standards comme My babe, Smokestack Lightnin’, Maybellene ou Manish Boy.

La musique de Chess Record aura une influence considérable sur une génération entière de musiciens, des Beach boys à Led Zeppelin en passant par les Rolling Stones, qui se baptiseront d’après une chanson de Muddy Waters. Le groupe de Mick Jagger et Keith Richards rendra d’ailleurs hommage à Chess Records pendant leur tournée américaine de 1964 en enregistrant sur place le disque 2120 S. Michigan Avenue, nommé d’après l’adresse du label.


Commentaires