Avec Bowie, Fip se métamorphose le temps d'une nuit

Pour fêter le passage à Paris de l'exposition consacrée au Caméléon, Fip vous a proposé une nuit spéciale pleine de raretés et de lives lundi 2 mars de 23h à 7h du matin.

En 2013, David Bowie sortait brusquement d’un silence de dix ans. Alors qu’on ne l’attendait plus, à l’âge de la retraite pour le commun des mortels, Bowie renaissait une fois de plus. Enregistré dans le plus grand secret, la sortie de The Next Day avait été annoncée début 2013, le jour du 66ème anniversaire du chanteur. The Next Day n’avait déçu ni les critiques, ni le public et avait même été nommé dans trois catégories aux Grammy Award. Depuis, plus grand-chose si ce n’est fin 2014, un titre inédit aux accents jazz destiné à enrichir la compilation Nothing Has Changed

Concoctée par nos programmateurs, la Nuit Bowie sur FIP vous a proposé de découvrir en version nocturne bon nombre de pépites, sous forme de versions rares, de reprises, d’extraits de live et même l’intégralité du concert de 1972 à Santa-Monicade de celui qui se fait alors appeler Ziggy Stardust.

Ré-écoutez la Nuit Bowie en intégralité (et retrouvez ici la programmation détaillée):

Bowie 1 585

De "Beau Oui comme Bowie" à "Bring Me The Disco King" (23h à minuit)

De "Ashes To Ashes"à "Ziggy Stardust" (minuit à 01h00)

Bowie 2 585

De "Changes" à "The Jean Genie" (01h à 02h)

De "The Jean Genie" à  "Diamond Dogs" (02h > 03h)

Bowie 3 585

De "Sweet Thing" à "Life On Mars" (03h à 04h)

De "Space Oddity" à "Flight Of The Conchords" (04h > 05h)

Bowie 4 585

De "Let's Dance" à "All The Young Dudes" (05h à 06h)

De "All The Young Dudes" à "The Heart Filthty Lesson" (06h à 07h)

Si Ziggy reste sans doute le personnage le plus emblématique incarné par Bowie, il n’est pas le premier et encore moins le dernier. Dès 1969, 22 ans avant que MTV ne consacre le video-clip, David Bowie incarne non seulement le Major Tom mais tous les personnages du clip de Space Oddity.

Tout au long de sa carrière, Bowie a changé de costumes au propre comme au figuré. Dès 1967, il prend des cours de comédie et de mime qui influenceront le reste de sa carrière. Si Alladin Sane et Halloween Jake gardent encore des traces de Ziggy Stardust, son personnage suivant, le Thin White Duke de Station to Station marque un virage à 90 degrés.

Le glam de Ziggy s’efface pour laisser place au Bowie dandy. Le Thin White Duke est inspiré du personnage de Newton, le premier grand rôle de Bowie au cinéma dans L'Homme qui venait d'ailleurs de Nicolas Roeg.

Thin Bowie 585

D’album en album, Bowie continue ses mues perpétuelles, se réinventant perpétuellement tant musicalement que physiquement, rarement précurseur mais toujours à l’avant-garde. C’est désormais au cinéma et à la télé qu’il réserve ses métamorphoses les plus spectaculaires. En 1978, alors qu’il travaille sur sa trilogie berlinoise, à l’écran il est just a gigolo au côté de Kim Novak et Marlène Dietrich dans le film de David Hemmings.

Après avoir incarné Elephant Man à Broadway, il devient l’un des Prédateurs du film de Tony Scott, cette fois auprès de Catherine Deneuve et Susan Sarandon. Le film deviendra culte mais ne rencontrera pas le succès au contraire de Furyo, qui impose définitivement Bowie comme acteur.  Ces deux films sortent en 1983, année faste pour Bowie qui, après une courte éclipse musicale se lance dans la pop, retrouve son mojo et les hauts des charts avec Let’s Dance.

Dans les années qui suivent, David se voit couronner roi des Gobelins dans Labyrinth puis endosse la toge de Ponce Pilate dans La dernière tentation du Christ. En 1992, il joue pour David Lynch dans le film Twin Peaks, Fire walk with me. Musicalement, Bowie en a fini avec sa période pop. Désormais, il se tourne vers un rock plus brut. Mais avec les Tin Machines, Bowie peine  à convaincre son public. Il repart en solo au début des années 90 avec l’album Black Tie White Noise mais sans grand succès. 

A nouveau, au moment où certains imaginent Bowie fini, il les surprend en prenant encore une nouvelle voie avec Outside, un album inspiré du rock indus. Comme toujours avec lui, on est à la fois dans le neuf et l’ancien. Non seulement, il retrouve son complice de la période berlinoise Brian Eno, mais il revient à une recette qu’il avait abandonné depuis lors, en se glissant tout au long de cet album concept dans la peau d’un nouveau personnage, le détective de la division Art-Crime, Nathan Adler.

Bowie Outside 585

Avec cet album, Bowie est de retour. Plusieurs morceaux extraits de l’album seront même  plébiscités par des réalisateurs tendance : I Have Not Been to Oxford Town  par Paul Verhoven pour Starship Troopers, The Hearts Filthy Lesson  pour le générique de Se7en par David Fincher et surtout par David Lynch pour Lost Highway qui choisit I’m deranged.

Jusqu’en 2003, Bowie continue à proposer des albums intéressants puis soudainement il disparaît de la scène musicale. L’éclipse durera dix ans. Et même au cinéma, il se fait rare, son rôle le plus marquant pendant cette période étant celui de Nikola Tesla dans Le Prestige de Christopher Nolan.

Depuis son retour en 2013, les fans attendent un nouvel opus. Et le Bowie acteur ayant disparu des radars depuis 2008, seule des rééditions d’album et des best off viennent calmer leur impatience. Mais même silencieux, Bowie fait encore du bruit à la Philarmonie à Paris et sur FIP.

L’exposition David Bowie is sera à voir du 3 mars au 31 mai. Parallèlement à l’exposition, la Philarmonie proposera des concertes et des spectacles liés à Bowie. Ainsi, du 3 au 8 mars, Philippe Découfflé présentera un spectacle hommage intitulé WieBo. Sous la direction du chorégraphe, trois chanteuses (Sophie Hunger, Jehnny Beth et Jeanne Added) revisiteront différentes facettes du mythe Bowie accompagnés de circassiens et de performers. 

Et surtout, surtout, FIP rendra hommage à Bowie dans la nuit du lundi 2 au mardi 3 mars de 23h à 7h du matin... en attendant une nouvelle renaissance du roi David !

Par Guillaume Roul

David Bowie, c'est aussi et surtout 23 disques studios et 46 ans de carrière. Avec la discothèque de Radio France, retrouvez quelques-unes des pépites conservées dans nos archives :

 


Commentaires