Fip Classic Bazar du 16 novembre
© Bruno Chabert / Radio France

Revivez en son et en images notre Fip Classic Bazar du 16 novembre en direct de l’Agora de la Maison de la Radio

Tous les mois, Fip présente une émission autour de la musique classique, Fip Classic Bazar. Un rendez-vous live où les auditeurs ont la possibilité de découvrir des formations musicales en direct du studio 118 de Radio France.
Fip vous donnait rendez-vous dimanche 16 novembre à partir de 16h, pour ce nouveau Fip Classic Bazar, Caroline Ostermann et Julien Bienaimé recevaient la chanteuse Julia Sarr, le saxophoniste Guillaume Perret, et le violoncelliste Henri Demarquette accompagné du pianiste Bruno Fontaine.
 

Julia Sarr

IMG_Julia Sarr_Joseph Johansson 585

© Joseph Johansson

Julia Sarr, Sénégalaise d’origine mais installée en France depuis vingt-cinq ans, assure les chœurs depuis de nombreuses années dans l’ombre des grands noms de la musique africaine : Lokua Kanza, Richard Bona, Youssou N’dour, Salif Keïta, Oumou Sangaré ou Alpha Blondy. Elle a également écrit la chanson Lindelani pour la diva Miriam Makeba sur son album Homeland. Délibérément ancrée dans sa culture d’origine, elle prend enfin son envol et enregistre Daraludul Yow, son premier album.

Daraludul Yow est un disque d’afro-jazz gracieux et élégant, sur lequel Julia Sarr conjugue ses influences africaines et européennes. Sa voix limpide et ses mélodies confèrent une ambiance intime et chaleureuse à ses compositions. Pour les arrangements, elle donne carte blanche à cinq musiciens européens : le finlandais Samuli Mikkonen, le serbe Bojan Z, les français (métropolitains) Fred Soul et Jean Philippe Rykiel, et le martiniquais Mario Canonge. Chanteuse et compositrice, Julia est également auteure de ses textes dans lesquels elle aborde les thèmes de la condition des femmes, de l’exil, des enfants… et bien sûr de l’amour.
Julia Sarr défendra ce projet sur scène, accompagnée du pianiste Joel Bouquet du percussionniste Fred Soul.


Guillaume Perret

Guillaume Perret

© Baptiste Millot

Son album Open Me n’est pas passé inaperçu en cette rentrée 2014. Le saxophoniste Guillaume Perret et ses complices de The Electric Epic ont mis tout le monde d’accord, les critiques comme le public.
 

Etiquetté « Jazz » par facilité, la musique de Guillaume Perret explose littéralement les codes du genre et renoue avec l’énergie du jazz-fusion de Miles Davis et Weather Report. Nourri au jazz et au classique autant qu’au rock et au métal, les influences extrêmement variées du jeune compositeur trentenaire se retrouvent savamment dosées et maîtrisées pour élaborer un album de jazz, certes, mais qui résonne de volutes psychédéliques et de rock progressif digne des années 70.
A ses côté, on retrouve Jim Grandcamp à la guitare, Philippe Bussonet à la basse et Yoann Serra à la batterie.
L’album Open Me de Guillaume Perret était un des albums jazz sélectionné par Fip en septembre dernier. Une chronique à relire ici.
Guillaume Perret est en tournée en France jusqu’en juin 2015. Toutes les dates sont disponibles sur son site.

Henri Demarquette et Bruno Fontaine

Demarquette - Fontaine 585

© DR

Henri Demarquette et Bruno Fontaine, deux formidables solistes, musiciens inclassables, nous emmènent dans un voyage au cœur des trésors de la musique classique mais aussi des musiques folkloriques d'Europe de l'Est et du continent américain. 

 
L’un est violoncelliste, alors qu’il n’était pas encore majeur, il jouait sous la direction de Yehudi Menuhin. Couvrant un registre autant classique que contemporain, il a joué avec l’Orchestre national de France, le London Philharmonic Orchestra et l’Ensemble Orchestral de Paris. L’autre est pianiste, compositeur, arrangeur et chef d’orchestre. Son travail le conduit à travailler avec des artistes éclectiques comme Michel Portal, Richard Galliano ou Louis Sclavis mais aussi Les Rita Mitsouko, Jérôme Deschamps ou pour le cinéaste Alain Resnais. Henri Demarquette et Bruno Fontaine s’associent et proposent un tout nouveau projet autour des musiques d'ailleurs qu'ils réinterprètent et réarrangent.


Commentaires