Fip Classic Bazar du 10 mai 2015
© Perla Maarek

Le deuxième dimanche de chaque mois de 17h à 18h, Fip présente une émission autour de la musique classique, Fip Classic Bazar. Un rendez-vous qui offre la possibilité aux auditeurs de découvrir des formations musicales depuis le studio 107 de la Maison de la Radio.

Fip vous propose dimanche 10 mai un nouveau Fip Classic Bazar. Caroline Ostermann et Julien Bienaimé reçoivent  le pianiste Nicolas Horvath, la japonaise Akiko Fujimoto, le violoncelliste Pierre François Dufour accompagné de l’accordéoniste Lionel Suarez et le quatuor de Noëmi Waysfeld.

Nicolas Horvath

IMG_Nicolas-Hovarth_Cédric-Lalanne

© Cédric Lalanne

Le pianiste Nicolas Horvath est reconnu comme un grand interprète des œuvres de Franz Liszt. Il a également acquis une renommée particulière en organisant des concerts exigeants et atypiques quant à leur durée. Que ce soit les intégrales de la musique pour piano de Philip Glass ou le marathon des "Vexations" d’Erik Satie (une prestation de 24h), rien ne lui fait peur. Nicolas Horvath, passionné de musique contemporaine, a travaillé pour Régis Campo, Denis Levaillant, Jaan Rääts, Mamoru Fujieda. Il s’intéresse aux œuvres d’artistes audacieux et avant-gardistes comme Terry Riley ou La Monte Young et il compose ses propres œuvres électroacoustiques. 


Akiko Fujimoto

IMG_Akiko-Fujii

© Akiko Fujimoto

Akiko Fujimoto a toujours baigné dans un univers musical classique et traditionnel, inspiré par deux grandes artistes :  sa grand-mère Keiko Abe et sa mère Kunié Fujii, véritable monument national au Japon. Ses aînées lui ont enseigné la pratique du koto et du shamisen dans le style musical traditionnel Jiuta.

Depuis les années 90, elle donne régulièrement des récitals et ne cesse de modifier son interprétation du style jiuta. Akiko Fujimoto est une des principales instigatrices du renouveau du jiuta et arrive aussi bien à toucher la sensibilité des amateurs qu’à attirer l’attention des experts. Très attachée à ce style musical, elle en fait la promotion autant au Japon qu’à l’extérieur du pays. Akiko Fujimoto s’impose comme une interprète de premier plan qui réussit à faire le lien entre les traditions du jiuta et la société contemporaine. 

Pierre François Dufour et Lionel Suarez

IMG_Pierre-François-Dufour-et-Lionel-Suarez_CédricLalanne

© Cédric Lalanne

Lui aussi fils et petit-fils de musicien, l’accordéoniste Lionel Suarez ne se laisse pas enfermer dans un genre, ne se limite jamais à un style. Suarez joue de son instrument et emballe ses auditeurs par sa virtuosité et son talent. Tout le monde se l’arrache. A son tableau de chasse on retrouve Claude Nougaro qui l’invita sur son dernier album "La note bleue", Art Mengo, André Minvielle , l’Orchestre National de Jazz, Zebda, Sanseverino, Yael Naim, Bernard Lavilliers, Bumcello, Richard Bona, Sylvain Luc, Charles Aznavour, Roberto Alagna et même Jean Rochefort ! Impressionnant. A force d’enregistrer pour d’autres, Suarez saute le pas et signe son premier album en tant que compositeur : "Cocanha !". Il choisit la formule en trio, accompagné du guitariste Kevin Sedikki et du violoncelliste Pierre François Dufour.  

C’est d’ailleurs accompagné de ce dernier qu’il viendra jouer en live dans le studio 107 de Fip. Pierre François Dufour, dit Titi, est tour à tour batteur et violoncelliste.  L’Orchestre National Bordeaux Aquitaine fait régulièrement appel à ses talents de violoncelle solo. Avec l’ONBA il joue sous la baguette d’Emmanuel Krivine, Amin Jordan, Yutaka Sado, Sir Neville Mariner et accompagne de grands noms comme Truls Mork, Yuri Bashmet, Christian Tetzlaff, Nathalie Dessay. Parallèlement à une carrière dans la musique classique, Pierre-François mène un brillant parcours dans le domaine du jazz ou ses talents de batteur se sont exprimés auprès de Bernard Lubat, Archie Shepp, Louis Sclavis, Michel Portal, Claude Nougaro, Stefano di Battista et Sylvain Luc. 

Noëmi Waysfeld & Blik

IMG_noemi-wayfeld

© Noëmi Wayfeld

La musique de Noëmi Waysfeld et de son groupe Blik (qui signifie « regard » en yiddish) est un grand écart d'un bout à l’autre de l’Europe. Jamais les mélodies poignantes des chants de l’Est et la saudade mélancolique du Portugal ne nous avez paru si proches, si semblables. Quitte à défriser les puristes, Noëmi Waysfeld & Blik fait souffler un vent frais sur les nouvelles musiques d’Europe de l’Est, quelque part entre les rondes mystiques de David Krakauer et le chant d'Amalia Rodriguez.

Noëmie Waysfeld est accompagnée pour l'émission de Thierry Bretonnet (accordéon), Florent Labodinnière (guitare) et Antoine Rozenbaum (contrebasse).

Toutes les photos de la session d'enregistrement de cette émissions sont à voir juste ici :

 


Commentaires