Fairyland d'Alysia Abbott
Steve et Alysia Abbott au Mexique en 1977 - crédit : collection particulière Alysia Abbott

Jeudi 18 juin, FIP met en notes et en ondes "Fairyland" d'Alysia Abbott, un magnifique portrait de son père, une belle leçon tendre et engagée et une ode à la vie.

Chaque jeudi de 21h à 21h30, Fip livre ses musiques. Une émission musicale originale où Fip illustre d'une savante ambiance musicale un ouvrage, vous invitant à la découverte d'une œuvre, nouveauté ou réédition.

Jeudi 18 juin, "FIP Livre ses Musiques" se penche sur "Fairyland" d'Alysia Abbott, publié en mars 2015 aux Editions Globe, une création présentée par Charlotte Bibring, réalisée par Denis Soula, mise en musique Laurent Charrier, et avec la voix de Frank Smith pour les lectures de textes.

Faryland est l’histoire de l’enfance peu ordinaire d'une petite fille de deux ans orpheline de sa mère et élevée par un père poète et militant homosexuel.
Aujourd'hui journaliste et critique américaine Alysia Abbott raconte sa vie auprès de ce père séropositif qui l'éleva seul dans l’ambiance bohème des années 70-80. Nous sommes en 1974. Après la mort de sa femme, Steve Abbott s'installe à San Francisco avec sa fille, dans le quartier de Haight-Ashbury, haut lieu de la culture hippie. C’est dans ce havre de liberté que le mouvement littéraire et artistique de la Beat Generation siégeait. Là, que Ferlinghetti tenait sa librairie "City Lights Books", là encore qu’on déclamait les poèmes dans les arrière-salles de cafés. 

“San Francisco était notre monde, notre royaume enchanté, notre fairyland.” Alisya Abbott - Extrait du livre "Fairyland"
 

 

Fairyland

© Editions Globe

Entre les petits boulots et les allocations, ils survivent. Elle assiste aux lectures poétiques de son père, va avec lui à la gay pride …
Alisia grandit, portée par cet amour profond mais aussi perturbée par les maladresses et l’inconséquence de son père.  Elle lui en voulait de lui faire payer sa différence. Mais malgré tout, son champ de vision est plus large que celui de ses camarades d'école... 

 « Avec mon père, je ne ressentais nulle pression à devoir me comporter de telle ou telle manière. Je pouvais être banale, ennuyeuse, égoïste, irritable. Je n’ai jamais eu le sentiment qu’il existait quelque chose que j’aurais pu dire ou faire qui aurait mis en péril son affection. Ce père-ci est celui que j’ai toujours voulu. C’est le père qui me manque le plus. »  Alisia Abbott - Extrait de "Fairyland"

 

Leurs rôles s’inversent lorsque son père tombe malade. Alysia a 20 ans. Elle abandonne ses études pour s’occuper de lui jusqu’à sa mort, en 1992.

 

Ce portrait donne à la narratrice, l’occasion de parler de la communauté gay de San Francisco et du début des ravages du sida qui ronge peu à peu la ville.
Publié en mars 2015 chez Globe, "Fairyland" devrait être le prochain projet de la réalisatrice Sofia Coppola. 

Morceaux choisis pour illustrer la lecture autour du livre Fairyland

- Love : Hummingbirds
- The Yesteryears : Never my love
- Bob Dylan : Like a rolling stone
- Sun Ra : Gong
- Ray Manzarek : Pico boulevard
- Circulus : 'til we meet again
- Jonny trunk : Nest we forget
- Lou Reed : Make up
- Sylvester : Make me feel
- The Smiths : Oscillate Wildly
- The Smiths : How soon is now ?
- John Cage : Quatuor IV
- The Cinematic Orchestra : To build a home
- The Hidden Cameras : Boys of melody


Commentaires