« Fin » de Fernanda Torres

Jeudi 16 avril à 21h, « FIP Livre ses Musiques » mettait en notes et on ondes « Fin » de Fernanda Torres.

Chaque jeudi de 21h à 21h30, Fip livre ses musiques. Une émission musicale originale où FIP illustre d’une savante ambiance musicale un ouvrage, vous invitant à la découverte d’une œuvre, nouveauté ou réédition.

Le jeudi 16 avril à 21h, Charlotte Bibring, Lise Come à la réalisation et René Hardiagon à la programmation, présentaient « Fin » de Fernanda Torres aux Editions Gallimard, avec pour bande son des extraits de musiques de Chico Buarque, Baden Powell, Caetano Veloso, Joao Gilberto, Maria Bethania. Un clin d'oeil au Salon du Livre de Paris qui mettait cette année le Brésil et sa littérature à l'honneur.
 
Cap donc sur Rio de Janeiro, « la Cité merveilleuse », avec Fernanda Torres auteur et comédienne très connue dans son pays, et « Fin » son premier roman paru en 2013 au Brésil mais publié en France cette année seulement.
 
Fernanda Torres, fille de l’actrice Fernanda Montenagro et de l’acteur Fernando Torres, est née le 15 septembre 1965 à Rio de Janeiro. Elle fait sa première apparition sur grand écran à 16 ans dans « Inocência », de Walter Lima Jr.  En 1986 elle devient célèbre grâce au rôle principal qu’elle tient dans le feuilleton télévisé « Selva de pedra », et la même année recevait la palme d’or de la meilleure actrice féminine au Festival de Cannes pour son rôle dans « Eu sei que vou te amar », d’Arnaldo Jabor.

Fernada Torres portrait 645

« Fin » est un roman à la fois tragique et comique qui met en lumière des vies marquées par quelques fausses promesses de toute une époque. Les personnages sont nés dans les années 30 : Álavaro, Sílvio, Ribeiro, Neto et Ciro se connaissent depuis toujours. Ils ont vécu ensemble l’âge d’or de Copacabana, la révolution des mœurs dans le Brésil des années 70.

L’hédonisme et la douceur de vivre attiraient des foules de hippies. On passait beaucoup de temps dans les fêtes et à la plage. Le sexe, les nouveaux cocktails de cocaïne et d’amphétamines, la bossa nova, le cinéma « novo »… le plaisir était roi. Mais une fois passées la jeunesse et les illusions de la contre-culture, que reste-t-il ? Malgré le viagra et les drogues, les cinq copains décrépissent … Puis viennent les histoires des femmes, celles qu’ils ont aimées, celles qu’ils ont blessées….

« Fin » de Fernanda Torres 645 2

© Editions Gallimard

En cinq portraits croisés, « Fin » décrit les frustrations et l’amertume de ceux qui ont été trop intensément jeunes pour se résoudre à ne plus l’être. Les cinq amis cariocas sont au crépuscule de leur vie. Chaque chapitre du livre s’ouvre sur le monologue intérieur de l’un des vieillards, juste avant sa mort :

« Je n’ai pas vu la vieillesse arriver, dit Ribeiro, La traîtresse, la fourbe. A trente ans, on ne se sent déjà plus comme à quinze. A quarante ans, les attributs de nos vingt ans disparaissent. A cinquante, ceux de nos trente ans. Il faut une décennie pour prendre conscience des dégâts. Je n’ai rien vu venir ». Extrait de "Fin"

 
La fiche du roman "Fin" sur le site internet des Editions Gallimard


Commentaires