Un chien dans le moteur de Charles Portis
© Editions Kambourakis

Jeudi 7 mai, FIP mettait en notes et en ondes le roman « Un chien dans le moteur», un road-book décalé de Charles Portis aux Editions Cambourakis.

Chaque jeudi de 21h à 21h30, Fip livre ses musiques. Une émission musicale originale où Fip illustre d'une savante ambiance musicale un ouvrage, vous invitant à la découverte d'une œuvre, nouveauté ou réédition.
 
Jeudi 7 mai, Frédérique Labussière, Denis Soula à la réalisation et Miléna Rousseau à la programmation présentaient le recueil «Un chien dans le moteur » de Charles Portis, édité par Cambourakis en 2014.

Sorti aux États-Unis en 1979, Un chien dans le moteur est l’un des romans les plus connus de Charles Portis dans son pays natal. Ensencé aux Etats-Unis depuis la sortie de son premier roman « Norwood », l’auteur ne fut révélé en France qu’en 2011, lorsque les Frères Cohen adaptèrent au cinéma son roman culte, True Grit, publié en 1968 et qui avait déjà inspiré le cinéaste Henry Hathaway et John Wayne, en 1969.
L'ancien journaliste du New York Herald Tribune y dévoilait déjà son goût pour l'itinérance en territoire hostile.

Charles Portis est né en 1933. Il a fait la guerre du Vietnam, a travaillé un peu à Londres avant de rejoindre le Sud des Etats Unis pour se consacrer à l’écriture. Il a publié trois autres romans, « The Dog of the South » (1979), « Masters of Atlantis » (1985), « Gringos » (1991) et un certain nombre de nouvelles et d'articles.

Un chien dans le moteur

© John Lund/ Photographer's Choice/Getty Images

Son livre Un chien dans le moteur est drôle et grinçant. Le héros c’est Ray Midge, un jeune homme de 26 ans qui a repris ses études pour devenir professeur de lycée. Un triste jour, il découvre que Norma, sa femme, est partie avec sa carte de crédit et sa Ford Torino. Elle a pris la tangente avec son ex, Guy Dupree. Ray quitte son Arkansas au volant de la vieille Buick déglinguée de Dupree, un calibre 38  planqué au fond de sa glacière.

« Les deux phares droits étaient pétés et la direction encore plus endommagée : il y avait maintenant presque un demi-tour de jeu dans le volant. La position de la barre transversale du volant était modifiée elle aussi, de l’horizontale elle était passée à la verticale, et ce nouvel alignement ne me permettait pas de positionner mes mains correctement. » Extrait de "Un chien dans le moteur"

 
Cap sur l’Amérique centrale sur les traces des fuyards révélées par les récépissés de carte bleue fournis par sa banque. Une balade rocambolesque qui a le goût des grands espaces et des utopies seventies.
Ray Midge nous embarque sur des routes défoncées de l’Arkansas au Belize en passant par le Texas et le Mexique. Il croise des hippies, des évangélistes, le Docteur Reo Symes, un praticien radié et fou , accro à la codéine, qui vit dans un bus.

« Il avait l'air en mauvaise santé. Sa ceinture faisait vingt centimètres de trop […] Il avait  de gros cernes noirs et de grandes oreilles charnues, un œil très rouge. » Extrait de "Un chien dans le moteur"
 

 
Ensemble ils atteignent le Honduras. De galères en galères, pied au plancher, Ray Midge nous trimbale sur les bosses de la vie. La deuxième partie du livre nous plante dans la ville miteuse de Belize, terminus de cette chevauchée psychédélique. 

Le duel des retrouvailles conjugales se prépare à l’ombre des ruines mayas. Le vent se lève, en attendant le dénouement ou la tempête…

2ème partie de la couverture du livre

© John Lund/ Photographer's Choice/Getty Images

"Un Chien dans le moteur" sur le site internet des éditions Cambourakis

Programmation musicale :

Claire Diterzi : Je garde le chien
Canned Heat : Mi huautla
Vinicius Cantuaria : El camino
Charles Mingus : Ysabel's table dance
Tino Contreras : La Malaguena
Burl Ives : A little bitty tear
Marc Ribot : Delancey Waltz
Terrestre : Tepache Jam
Umalali : Merua
Gustavo Santaolalla
Calexico : Coyoacan
Gipsy Kings : Hotel California


Commentaires