Nouvelles Vues, saison 2, épisode 7- Blue Note: Horace Silver / Langston Hugues / Erwan Venn
Banner Blue Note © Radio France

Fip fête les 75 ans du label Blue Note avec une série de 15 créations originales : 15 albums historiques du label inspirent le choix de textes littéraires imprégnés par le jazz, tandis que chaque création sonore de 3’30 (musique et texte) inspire à son tour l’interprétation d’un photographe contemporain en 25 images.

S02E07 – Silver / Hugues / Venn : 

Découvrez les autres épisodes de la collection de carnets sonores pour une balade en 15 épisodes dans l’histoire de Blue Note, de la littérature américaine et dans la photographie contemporaine.

LA MUSIQUE - Horace Silver - Song of my father, 1963 : extraits des morceaux “Song for my father” et “Calcutta Cutie”

Inspiré par les rythmes de bossa nova entendus quelque temps auparavant au cours d’un voyage au Brésil, cet album incarne l’âge d’or du hard bop. Ce style prend source dans le mouvement Black is beautiful de reconnaissance par les Noirs américains de leurs origines. Sur les six pistes de l’album originel, Horace Silver, au piano, est entouré d’un ensemble sur quatre morceaux (C. Jones, J. Henderson, T. Smith, R. Humphries), et d’un autre sur les deux derniers (B. Mitchell, J. Cook, E. Taylor, R. Brooks). La photo du père de Horace Silver fait la pochette de l’album.

LE TEXTE - Langston Hugues, L’ingénu de Harlem, écrit en 1961, Robert Laffont, 1965 pour la traduction française.  

Né en 1902 dan le Missouri, Langston Hugues mène une vie de bohème dans le New York des années 1920. Il y découvre le jazz. Après de nombreux voyages (aide-cuisinier sur un cargo au large de l’Afrique, clochard à Gênes, ami de Cartier Bresson au Mexique, correspondant de guerre et poète en Espagne…), il se fixe finalement à Harlem, et y prend une part active dans la défense de la dignité des Noirs. Il y poursuit son œuvre poétique, écrit des essais, des romans, jusqu’à la fin de ses jours, en 1967.  

LA PHOTO - Erwan Venn 

Le photographe et plasticien Erwan Venn travaille sur le fonds photographique d'un de ses grand-père, qui a utilisé un appareil photo Kodac de 1918 à la fin des années 1960. Sympathisant d'extrême droite et ancien séminariste, il prônait une Bretagne indépendante, autoritaire et blanche. Ayant découvert ce secret de famille en 2011, Erwan Venn a décidé de supprimer tous les corps de ces photos. Cette série, fruit de cette histoire, renvoie au racisme, dénoncé dans le texte virulant de Langston Hugues, et à la question de la filiation, travaillée par Horace Silver dans son album.


Commentaires